Les professeurs du DSETGS siègent dans des comités d’experts nationaux ou internationaux, notamment au sein de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES), du Haut conseil de la santé publique et de l’OMS-Europe.

Expertise pour le compte de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire)

Experts à l’ANSES

Nathalie Bonvallot, Olivier Blanchard et Philippe Glorennec sont experts au comité d’experts spécialisés « Evaluation des risques sanitaires liés aux milieux aériens ».

Olivier Blanchard est membre du Comité Scientifique PESTI’HOME de l’ANSES.

Nathalie Bonvallot et Philippe Glorennec sont membres du groupe de travail « Méthodologie en évaluation des risques sanitaires ».

Philippe Glorennec est membre du groupe de travail « Etude de l’alimentation totale infantile ».

Michèle Legeas, est personnalité qualifiée au conseil scientifique de l’ANSES et au Comité de Bassin de l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne.

Expertise à la demande d’organismes publics ou privés

Philippe Glorennec, Olivier Blanchard et Nathalie Bonvallot sont membres du réseau Recherche santé en environnement intérieur (RSEIN) animé par l’INERIS et l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI).

3e Plan national santé environnement (PNSE)

L’année 2014 aura été marquée par une participation importante du DSETGS à l’élaboration du nouveau Plan national santé environnement. Les travaux avaient été lancés par le Premier Ministre, lors de son discours de clôture de la Conférence environnementale de 2013. Un des trois groupes de travail présidé par Michèle Legeas, enseignante de l’EHESP, traitait de la formation, l’information et la dynamique territoriale et comprenait plus de 30 personnes. Toutes n’étaient pas présentes lors des réunions de travail, mais pouvaient contribuer par écrit et mobiliser leurs propres réseaux pour améliorer les propositions.

Les 3 groupes de travail et le CAS ont produit un rapport complet en juin 2014, diffusé en parallèle du projet PNSE soumis à consultation publique.

Ce travail très engageant aura des retombées multiples pour l’EHESP : reconnaissance de l’expertise en santé environnement, ouverture du réseau de contacts professionnels, introduction dans les formations tant de la démarche que de ses résultats.

 

Publié le 9 septembre 2009