Tous les mardis, l’EHESP organise des séminaires sur le campus de Rennes. Ces rencontres qui abordent chaque semaine un thème spécifique, peuvent accueillir des intervenants extérieurs à l’EHESP (ville, Région, experts, chercheurs, industriels, associatifs, usagers, etc). Elles sont destinées aux enseignants, élèves et professionnels et sont ouvertes à tous.

seminaire-du-mardiEn pratique

  • des séminaires ouverts à tous
  • tous les mardis de 13h à 14h
  • à l’EHESP (petit amphithéâtre), 15 avenue du Professeur Léon Bernard à Rennes
  • aucune inscription préalable nécessaire

Accédez aux archives des séminaires du mardi

Programme

17 avril 2018

La discrimination et le racisme en santé

Marguerite Cognet, URMIS, maitre de conférence.
Comment et pourquoi les discriminations à raison de l’origine et le racisme peuvent influer sur les itinéraires thérapeutiques des personnes en besoin de soins ?

20 mars 2018

Valeur sociale attribuée et soins différenciés

Priscille Sauvegrain, INSERM, socio-anthropologue, chargée de recherche EPOPé (Équipe de recherche en épidémiologie obstétricale périnatale et pédiatrique).
Une conférence sur les soins différenciés en périnatalité et valeur sociale attribuée aux femmes immigrées de l’Afrique subsaharienne.

20 février 2018

Santé mentale et trajectoires migratoires

Stéphanie Larchanché, Centre Minkowsk, URMIS (Unité de recherche migrations et société), chargée de recherche CNRS.
Une analyse de l’articulation entre les représentations sociales des personnes migrantes et réfugiées et les logiques de leur orientation vers des centres de santé mentale « spécialisés ».

6 février 2018

Vivre chez soi soutenu par des aides humaines

Jean-Yves Barreyre vice président du Conseil Scientifique de la CNSA (Caisse Nationale de la solidarité pour l’Autonomie) et membre du Conseil Scientifique de l’ANESM (Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux)
Eve Gardien, Maître de conférences en Sociologie à l’université Rennes 2
Pour les personnes âgées comme pour les personnes en situation de handicap, la possibilité de vivre à domicile a toujours existé. Mais cette possibilité n’a pas été et n’est pas toujours un choix réalisable en toute indépendance de sa famille. Confrontés à de multiples paradoxes, notamment en termes de tarification horaire, de conditions de travail et de rémunération, ce secteur est aujourd’hui en grande difficulté. Ce numéro plante le décor de l’aide humaine à domicile en France, et vise essentiellement à éclairer un certain nombre d’enjeux  cruciaux du point de vue des personnes directement concernées : conflit du travail au domicile, aménagement du logement, droit à la portabilité de l’aide humaine, délégation des gestes de soin, etc. Une partie est  tout spécialement dédiée aux employeurs directs et à leurs situations si spécifiques.

31 janvier 2018

J’aime soigner : parlons des moyens de le faire !

Florence Barruel, Psychologue en Onco-hématologie, GHI Montfermeil
Un film qui montre ce que les soignants aiment faire et comment ils aiment bien le faire. Il présente des regards croisés d’aides soignantes, agents, infirmières, médecins et de patients. Au delà des valeurs qui soutendent leur travail, les professionnels y abordent également la confrontation aux difficiles conflits de valeurs, leurs limites et ressources. Ce document permet de s’interroger sur la prise en compte des conflits éthiques et le maintien des valeurs du soin dans le contexte actuel. Il permet également d’aborder les « bonnes conditions du soin » et les managements appropriés. Bien que tourné en service d’oncologie, les propos recueillis concernent les équipe soignantes de toutes spécialités.

23 janvier 2018

Soins « alternatifs » comme enjeux de santé publique

Simeng Wang, CEPED (Centre population et développement), Université Paris Descartes, Institut de recherche pour le développement, sociologue, chargé de recherche CNRS.
A partir du cas de la médecine chinoise et son développement en France, cette communication vise à analyser les enjeux de santé publique que soulèvent des soins dits « alternatifs ».

28 novembre 2017

Le VIH comme symptôme : construction identitaire et discriminations chez les trans MtF latino-américaines en France

Olga L. Gonzalès, URMIS (Unité de recherche migrations et société), sociologue, post-doctorante.

21 novembre 2017

« Assurance-maladie complémentaire et transformations du système de santé »

Gaël Coron, Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique, IODE-Institut de l’Ouest : Droit et Europe, UMR CNRS 6262
Marion Del Sol, Université Rennes 1, IODE-Institut de l’Ouest : Droit et Europe, UMR CNRS 6262

7 novembre 2017

L’intérêt des personnes vulnérables : qui est le plus à même d’en juger ?

Karine Lefeuvre, professeure de droit, EHESP et Sylvie Moisdon-Chataigner, maître de conférence (HDR) en droit, Université Rennes 1 et membre du laboratoire IODE (UMR 6262)
Aujourd’hui en France, en raison d’un handicap, de la vieillesse ou de l’exclusion, 800 000 personnes majeures font l’objet de mesures de protection (curatelle, tutelle, mandat de protection…). Près de la moitié de ces mesures sont assumées par les familles, dont le rôle essentiel a été reconnu par la loi. Mais la transformation des structures familiales, comme les situations d’éloignement, complique les mesures de protection d’un parent. Parfois, la légitimité des familles doit même être interrogée. Cet ouvrage permet de découvrir toute la palette des modalités de protection des majeurs. Des professionnels du soin, du droit et de l’aide sociale, ainsi que des proches de majeurs protégés soulignent de façon exemplaire les avancées et les difficultés qu’ils rencontrent au quotidien pour atteindre leur objectif commun : protéger les personnes vulnérables et leurs familles.
Découvrez les ouvrages « Protéger les majeurs vulnérables. Quelle place pour les familles ? » et « Protéger les majeurs vulnérables (vol. 2). L’intérêt de la personne protégée » parus aux Presses de l’EHESP.

17 octobre 2017

La sexualité des jeunes confronté-e-s à la justice pénale. Enquête dans 4 prisons en France métropolitaine.

Yaelle Amsellemen-Mainguy, Benoît Coquart, Arthur Vuattoux, chargés d’études et de recherche à l’INJEP
Réalisée en 2016 et 2017 dans 4 prisons (établissement pénitentiaire pour mineur-e-s et quartiers mineur-e-s de maison d’arrêt), auprès de jeunes et des professionnels de la PJJ, AP et US, cette enquête sociologique qualitative a pour objectif d’appréhender les biographies affective et sexuelle des jeunes à partir d’entretiens menés auprès des mineur-e-s en situation d’incarcération (n=72). Elle avait également pour objectif de recueillir les propos des professionnel-le-s (n=60) travaillant au quotidien auprès des jeunes (éducateurs-trices PJJ, surveillant-e-s AP, enseignant-e-s EN, professionnel-le-s de santé des unités sanitaires) afin de comprendre comment les questions de vie affective et sexuelle des jeunes s’imposent à eux.
Enquête réalisée par l’Injep avec le soutien de la Direction générale de la santé, de la direction de la PJJ et de la direction de l’Administration pénitentiaire.

10 octobre 2017

BPCO (Bronchopneumopathie chronique obstructive) : Enjeux et perspectives d’un modèle de maladie chronique

Par Frédéric LE GUILLOU, Président de l’association BPCO (Bronchopneumopathie chronique obstructive)

3 octobre 2017

Stigmatisation et santé mentale : comment améliorer la situation ?

Par Aude CARIA, Directrice du Psycom Information et santé mentale – Psychologue clinicienne
Les préjugés, amalgames et incompréhensions sur les questions de santé mentale sont nombreux dans notre société. Faire évoluer les idées reçues est devenu un véritable enjeu de santé publique. En effet, cette méconnaissance retarde l’accès vers le soin et l’accompagnement, et a des conséquences importantes sur les personnes vivant avec des troubles psychiques, qui peuvent souffrir de discriminations, voire d’exclusion. Comment faire changer les regards sur la santé mentale ? Comment faire évoluer des stéréotypes ancrés dans l’imaginaire collectif ? Quel rôle pour les professionnels du soin, du social, de l’éducatif, les usagers et leurs proches, mais également les journalistes et les élu.e.s ?

19 septembre 2017

« Les labyrinthes de verre – Les trajectoires éducatives en France dans un contexte européen »

Ouvrage co-dirigé par Patricia Loncle, professeure en sociologie à l’EHESP, et Isabelle Danic, maître de conférence en sociologie à l’Université Rennes 2
Présentation du projet GOETE « Gouvernance des trajectoires éducatives en Europe » à l’occasion de la parution de cet ouvrage.
Dans un contexte d’internationalisation toujours plus grande des politiques éducatives, cet ouvrage analyse la constitution des trajectoires éducatives des élèves français dans un contexte européen. Tour à tour pleinement comparatif ou centré sur le cas français, les angles d’analyse mobilisés (gouvernance, parcours de vie, intersectionnalité) ont pour ambition d’actualiser et de renouveler les connaissances acquises sur la situation française dans un contexte plus global.

Loin de vouloir dénoncer les failles du système français ou de faire un éloge systématique de telle ou telle situation nationale, les auteurs entrent dans le détail des modalités de construction des parcours aux niveaux macro, méso et microsociologique. Berthelot parlait en 1993 des « labyrinthes de verre de l’école » pour désigner les contraintes invisibles. En présentant les politiques éducatives, les pré-structurations politico-institutionnelles, les procédures d’orientation, les dispositifs de participation des usagers dans les établissements scolaires, les pratiques et points de vue des professionnels et ceux des élèves et de leurs parents, l’ouvrage tente d’articuler les différents niveaux de production des trajectoires en France, comparé aux autres pays et de comprendre pourquoi les trajectoires éducatives sont si fortement corrélées avec l’origine sociale dans notre pays.
Ecrit dans une langue claire, l’ouvrage est destiné aux chercheurs, aux étudiants, aux décideurs, aux professionnels, aux parents, et à tout lecteur désireux de mieux comprendre les parcours éducatifs en France dans le contexte européen.

12 septembre 2017

La fin de la géographie ? Distance aux hôpitaux et utilisation d’un programme d’assurance-santé pour les patients pauvres en Inde

Bertrand Lefebvre, maître de conférences en santé publique internationale, EHESP

5 septembre 2017

Production d’ignorance et invisibilisation des victimes en santé publique. L’exemple du Distilbène®

Emmanuelle Fillion, enseignante-chercheuse, EHESP-ARENES-Crape et Didier Torny, directeur de recherche, CNRS-CSI-Centre de sociologie des innovations
Le Distilbène® a été identifié dès le début des années 1990 comme le 1er perturbateur endocrinien, à partir duquel on peut anticiper les effets pathologiques à long terme et transgénérationnels d’un grand nombre de substances chimiques et les menaces pesant sur la capacité reproductive humaine. Pourtant, l’histoire française du Distilbène® est faite d’oublis, de négligences et de refus d’apprentissage qui se répétèrent jusqu’au début des années 2010. Nous analyserons trois mécanismes de production d’ignorance qui firent du Distilbène® un précédent manqué: l’absence d’identification des populations exposées, la faible accumulation et diffusion des connaissances, la singularisation durable du dossier.

4 juillet 2017

Quelle réponse sanitaire au flux de migrants ? Regards croisés et retour d’expériences

Aurélien Cadart et Reynald Deseille, élèves directeur des soins, anciens membres de la Direction des soins, CH de Dunkerque et de Calais

27 juin 2017

Health promotion in France and interventional research

Christine Ferron, Director of the National Federation for Health Education and Promotion (FNES), Associated professor at EHESP , Vice President of the French Public Health Society (SFSP)

20 juin 2017

It starts with me: Cultural Safety and Humility

Sonya Chandler, Assistant professor of global health – University of Victoria (Canada), Visiting professor in the integration modules of the EUROPUBHEALTH programme
Sonya Chandler is Assistant Professor of Global Health at the University of Victoria, Canada, since April 2015. She is at the same time Consultant Quality and Experience at Vancouver Island Health Authority, working to improve staff and patient experience. She holds a Bachelor of Science in Nursing that she received with distinction in 2002 and a Master of Public Health specialized in Sustainable Health Systems from the University of Verona (Italy). Through her work experience, Sonya Chandler has always put energy to improve the quality of life and service. During her time at the Island Sexual Health Society, at the University of Victoria Family Center or as a nurse at the Victoria Youth Clinic for instance, she promoted social responsibility, positive values and sensitivity to diversity, created strong reliable relationships between the different parts (patients, staff members, students etc.). She also played a central coordination role within the strategic expansion of clinical services during the 9 years when she was employed at The Victoria Youth Clinic.

13 juin 2017

Gouverner les illégalismes urbains. Les politiques publiques face aux squats et aux bidonvilles dans les régions de Paris et de Madrid

Thomas Aguillera, maître de conférences à l’IEP de Rennes, UMR Arènes-CRAPE
Cette présentation questionnera la capacité des acteurs publics à gouverner les squats et les bidonvilles qui persistent dans les régions de Paris et de Madrid. Elle montrera que l’ingouvernabilité de ces lieux est construite par les acteurs publics pour justifier le retrait de l’action publique et un mode de gouvernance qui entretient les politiques de l’urgence, policières et humanitaires, et autorise les bricolages partiels et ponctuels. Elle analysera également comment les politiques sélectionnent et contraignent des bénéficiaires qui sont relogés ou dont l’habitat est temporairement légalisé, tout en refoulant des victimes, expulsées de leurs lieux de vie sans proposition de relogement. Elle soulignera ainsi la façon dont les politiques produisent autant d’illégalité et de vulnérabilité qu’elles n’en résorbent.

6 juin 2017

La participation des patients-usagers-citoyens en soins primaires : comment recueillir leurs attentes? Quels intérêts pour les équipes de soins primaires ?

Bertille Leborgne, médecin généraliste, Luc Guichard, médecin généraliste, Eléonore Bourbonnois, médecin généraliste, Emmanuel Allory, maître de conférences associé au département de médecine générale de l’Université de Rennes 1.
Le développement de la démocratie sanitaire et de la territorialisation des soins incitent les équipes de soins primaires à intégrer dans leur fonctionnement les patients usagers citoyens (PUC) de leur territoire. Les modalités de participation sont vastes et le recueil des attentes des PUC est un premier élément intéressant. Dans un second temps, nous envisagerons comment un partenariat entre soignant et patient-usagers-citoyens peut permettre une amélioration du système des soins primaires.

30 mai 2017

Territoires d’action, territoires de coordination et politiques locales de santé : enjeux vus de Paris

Béatrice Georgelin, doctorante en géographie, laboratoire ESO

23 mai 2017

Hôpital numérique et e-santé

Louis Omnes, ancien fondateur et directeur de l’hôpital européen Georges-Pompidou (AP-HP, Paris)

9 mai 2017

Accès aux soins des étrangers en situation irrégulière

Céline Gabarro, Doctorante, Unité de recherche migrations et société (Urmis), Université Paris Diderot

2 mai 2017

Dérives sectaires : la santé en danger ?

Chantal Gatignol, conseillère santé, MIVILUDES (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires)

 

28 mars 2017

Notre santé, l’Europe et le monde : enjeux et acteurs

Marc Danzon, directeur honoraire de l’OMS Europe et fondateur de YesWeKnow, structure de conseil en santé publique, et Yves Charpak, vice-président de la Société française de santé publique.
Débats et controverses sous forme d’échanges entre Marc Danzon, ex directeur régional de l’OMS pour l’Europe et Yves Charpak, qui était son conseiller principal pour la science et les relations avec l’Union européenne. Ils sont tous deux co-auteurs du livre “Notre santé dans l’arène politique mondiale”, sorti aux Editions Belin en avril 2016.

21 mars 2017

Accès aux soins des populations confrontées à de multiples facteurs de vulnérabilité en Europe et Turquie

Nathalie Simonnot, directrice adjointe du réseau international de Médecins du monde

7 mars 2017

Projection du film documentaire « Ne pas nous déranger, nous sommes en séance », réalisé par Simon P. R. Bewick.

Dans la grande banlieue parisienne 5 enfants en difficulté scolaire sont pris en charge par une enseignante spécialisée. Ils expriment leurs peurs, leurs joies et leurs souffrances à l’école. Elle, elle va leur apprendre à apprendre : « Ne pas nous déranger, nous sommes en séance. »
La projection sera suivie d’un échange avec le réalisateur de 14h à 14h15.

28 février 2017

Handicap et vie en établissement médico-social : quelles spatialités ?

Noémie Rapegno, ingénieur de recherche, Maison des sciences sociales du handicap (MSSH)
Dans le cadre d’une approche géographique, ce séminaire est l’occasion d’analyser les conséquences des disparités territoriales de l’équipement en établissement d’hébergement pour adultes handicapés. En analysant leurs effets sur la vie quotidienne des résidents, l’intervenante s’intéresse aux distributions spatiales des équipements mais aussi aux pratiques des lieux et aux territoires de vie des personnes. L’objectif est de saisir les impacts des disparités territoriales sur les droits fondamentaux des personnes handicapées que sont le droit à choisir son lieu de vie ou le droit à la mobilité.

7 février 2017

S’engager pour se construire : un enjeu contemporain pour les jeunes

Laurence Davoust-Lamour, enseignante associée en développement social local à l’Université de Bretagne sud – Lorient, responsable du réseau Socioscope
En quoi l’accompagnement éducatif des initiatives de jeunes quelles qu’en soient les ambitions et les dimensions leur permet-il de se construire, de « devenir quelqu’un », de se projeter dans un avenir incertain en osant expérimenter, dire, créer, choisir…? Le questionnement présenté articulera les caractéristiques évolutives des jeunes dans leurs espaces de sociabilité et les injonctions sociétales à exister, à être visible, responsable, autonome, selon un principe d’individuation.

31 janvier 2017

Entre exigence d’égalité et exigence de santé au travail : approche juridique de l’emploi des personnes en situation de handicap

Josepha Dirringer, Maître de conférence à Rennes 1, juriste spécialiste du droit du travail, chercheuse associée à l’Institut de l’ouest : Droit et Europe (IODE, UMR 6262).
Cette communication reviendra sur la manière dont le droit social s’est structuré et ce faisant, a forgé une certaine conception du handicap, de l’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap, et du traitement des travailleurs atteints de troubles de santé au cours de leur vie professionnelle. En plus du droit de l’aide sociale, du droit du travail, du droit de la protection sociale, le droit de la non-discrimination ne cesse de s’étendre. Obligation est ainsi faite désormais à tous les employeurs de procéder aux aménagements raisonnables pour garantir l’égalité dans l’emploi des personnes en situation de handicap. Mais ces différentes logiques juridiques sont inégalement connues et il en résulte des tensions, voire des conflits, entre l’exigence de santé-travail et l’exigence d’égalité dans l’emploi qu’éclairera cette communication.

24 janvier 2017

Comment évaluer l’efficacité d’une campagne médiatique ? L’exemple des campagnes Tabac de Santé publique France

Romain Guignard, Chargé de projet et d’expertise scientifique, Santé Publique France et Viet Nguyen-Thanh, chargée de recherche, Santé Publique France

10 janvier 2017

Parcours de jeunes accueillis en Institut thérapeutique éducatif et pédagogique (ITEP), les enjeux du partenariat institutionnel

Melaine Cervera, chercheur contractuel au sein du programme Handicaps et sociétés de l’EHESS et Audrey Parron, maître de conférences UT2J, chercheure associée au programme Handicaps et sociétés de l’EHESS
Présentation des résultats issus d’une recherche action menée en partenariat avec l’association des ITEP et leur réseau. Problématique et choix méthodologiques, présentation des profils des publics accueillis et des enjeux des parcours institutionnels, à savoir les différents partenariats à l’intérieur et à l’extérieur du dispositif ITEP.

 

Publié le 11 juin 2012