15 mai 2018

La protection des données à caractère personnel : la mise en place du règlement général de protection des données individuelles à l’EHESP

Philippe Marin, correspondant Informatique et Libertés (CIL) et Rozenn Morel, assistante CIL

24 avril 2018

Un temps qui compte. Une sociologie ethnographique du travail « en 12 heures » à l’hôpital public

Fanny Vincent, post-doctorante au CREAPT (CEET-CNAM), chercheuse associée à l’IRISSO (Université Paris-Dauphine)

Fanny Vincent présentera sa thèse, soutenue à l’Université Paris-Dauphine en 2016, qui porte sur le développement du travail « en 12 heures » des infirmières et des aides-soignantes de l’hôpital public depuis une dizaine d’années. Elle l’envisage comme un dispositif révélateur des transformations de l’action publique et du travail. Permettant à la fois de dégager des économies pour les directions et de condenser le nombre de journées travaillées pour les soignants, ce mode d’organisation du temps de travail cristallise les enjeux actuels de l’institution hospitalière, entre rationalisation gestionnaire, intensification du travail et aspiration des soignants à se réapproprier une vie « à eux » en dehors de l’hôpital. Défini en 2002 comme une dérogation à la durée maximale du travail dans les cas où « les contraintes de continuité du service public l’exigent en permanence », la normalisation du recours au dispositif vient parallèlement nourrir un écart grandissant entre droit et pratiques. Alliant sociologie du travail, sociologie de l’action publique et sociologie du droit, la thèse se présente comme une ethnographie multisituée du travail en 12 heures, interrogeant les conditions d’émergence du dispositif et les appropriations/retraductions qu’en font les différents acteurs (réformateurs, intermédiaires du droit, soignants). La thèse montre ainsi que, à côté de l’idée d’une amélioration de la qualité du service et de l’épanouissement de soignants (qui y trouvent un équilibre entre travail et vie privée), le dispositif s’accommode de l’intensification du travail et fait le jeu de la rationalisation à l’œuvre à l’hôpital.

17 avril 2018

La santé des migrants au quotidien : faire face. Enquête sur le travail des professionnels et de leurs partenaires.

J-B Combes, économiste – F. Azzedine, ingenieur de recherche EHESP, Arenes UMR 6051 – F-X Schweyer, sociologue, EHESP, Centre Maurice Halbwachs UMR 8097

Dans le cadre du projet européen Mig Health Care une enquête qualitative a été conduite sur l’accès aux soins de santé des migrants primo-arrivant sur 6 sites répartis dans 3 régions françaises. Il s’agira de présenter les premiers résultats sur l’état de santé des migrants et le travail assuré dans différentes configurations locales par des professionnels de santé et leurs partenaires.

27 mars 2018

X, Y, Z… Projet européen de sensibilisation et d’éducation aux discriminations sexistes

Léonore Berger, Formatrice-animatrice et Nolwenn Pedrono, Enseignante d’EPS et ancienne animatrice (AROÉVEN)
Nicoleta Bakhos, Responsable projet et référente Egalité femmes-hommes (EHESP)

Dans le but de participer à l’amélioration des situations résultant de discriminations sexistes aussi bien dans la sphère privée que publique, l’Aroéven Bretagne a souhaité s’investir sur la mise en place d’un dispositif de sensibilisation et d’éducation aux discriminations sexistes. Ces problématiques, qui touchent tous les groupes et espaces de la société, à la fois de manière individuelle et collective, apparaissent aujourd’hui comme un enjeu important pour ce mouvement d’Éducation Populaire. Trois intervenantes reviennent sur une expérience unique de formation « en immersion » sur les questions de discriminations sexistes et l’impact qu’elle a eu dans leurs parcours professionnels et personnels.

20 mars 2018

Valeur sociale attribuée et soins différenciés

Priscille Sauvegrain, INSERM, socio-anthropologue, chargée de recherche EPOPé (Équipe de recherche en épidémiologie obstétricale périnatale et pédiatrique).
Une conférence sur les soins différenciés en périnatalité et valeur sociale attribuée aux femmes immigrées de l’Afrique subsaharienne.

13 mars 2018

Les spécificités de l’engagement étudiant

Claire Thoury, déléguée générale d’animafac

L’engagement étudiant a subi de nombreuses mutations au cours de dernières années (souvent résumée par l’opposition entre un engagement timbre et un engagement post-it). Durant cette conférence, nous proposons de revenir sur les spécificités de l’engagement étudiant et d’interroger la façon dont le fait de s’engager à cette période de la vie contribue à la construction identitaire et politique des individus. Il s’agit notamment d’affiner l’opposition entre une forme d’engagement timbre, ou militante, et une forme d’engagement post-it, ou distanciée, pour montrer que la question de l’intensité n’est pas la plus pertinente, celle-ci ne pouvant se mesurer uniquement à l’investissement dans une structure dans le temps mais concernant plusieurs sphères de la vie d’un individu.

6 mars 2018

Transformer l’offre médico-sociale ? Habitats « inclusifs » et établissements « hors les murs » : l’émergence d’accompagnements alternatifs

Hugo Bertillot et Noémie Rapegno, ingénieurs de recherche à l’EHESP (département SHS) et membres du CoRHASI

On assiste aujourd’hui à l’émergence de dispositifs d’accompagnement pour personnes âgées et pour personnes handicapées conçus comme une alternative tant aux établissements médico-sociaux traditionnels (dotés d’une certaine rigidité et avec des contraintes liées à la collectivité) qu’à la vie à domicile (marquée par des risques d’isolement, de mise en danger des personnes et des problèmes de coordination des services). Ces dispositifs prennent des formes variées (colocations, logements regroupés dans un même immeuble ou dans un même quartier, intervention des professionnels d’un établissement auprès de personnes vivant à domicile…). Ils sont portés par de grandes fédérations gestionnaires, les personnes concernées elles-mêmes ou leurs proches, avec parfois un soutien des pouvoirs publics ou de financeurs privés. Ils répondent à la volonté de rompre la binarité de l’offre, qui est devenue un sujet de préoccupation politique. A partir d’une quarantaine d’entretiens réalisés auprès d’acteurs mobilisés sur ce sujet (pouvoirs publics, associations gestionnaires, etc.), nous retracerons la construction de ce problème public et des réponses qui émergent depuis une dizaine d’années, avant de soulever les principaux enjeux de ces transformations en cours.

20 février 2018

Santé mentale et trajectoires migratoires

Stéphanie Larchanché, Centre Minkowsk, URMIS (Unité de recherche migrations et société), chargée de recherche CNRS.
Une analyse de l’articulation entre les représentations sociales des personnes migrantes et réfugiées et les logiques de leur orientation vers des centres de santé mentale « spécialisés ».

13 février 2018

Jeunesse rurale au féminin

Sophie Orange, maître de conférence en sociologie à l’Université de Nantes
L’enjeu de cette intervention est de s’intéresser à une jeunesse peu étudiée, à savoir les jeunes femmes en milieu rural, en mettant en évidence les activités spécifiques qu’elles pratiquent, le système de ressources qu’elles mobilisent, les lieux qu’elles investissent. On mettra en évidence, loin d’une vision répandue de leur isolement dans l’espace domestique, leur implication dans la vie publique et l’économie locale, tout comme leur participation à des collectifs de sociabilité ou de travail proprement féminins. On soulignera également leur rôle dans la diffusion de savoirs et de savoir-faire, issus de leur scolarisation prolongée, dans des pratiques éducatives, culturelles ou de loisirs.

6 février 2018

Paradoxe de la FPH

Claire Le Boucher, Cadre socio-éducative libérale (Cabinet CLB Consulting)

L’hôpital, forme la majorité de son personnel dans le cadre de l’alternance mais n’a que peu intégré la culture de l’apprentissage, stricto sensu. Les orientations du FIPHFP permettent d’introduire et de développer ce savoir au travers le recrutement d’apprentis RQTH.

30 janvier 2018

J’aime soigner : parlons des moyens de le faire !

Florence Barruel, Psychologue en Onco-hématologie, GHI Montfermeil
Un film qui montre ce que les soignants aiment faire et comment ils aiment bien le faire. Il présente des regards croisés d’aides soignantes, agents, infirmières, médecins et de patients. Au delà des valeurs qui soutendent leur travail, les professionnels y abordent également la confrontation aux difficiles conflits de valeurs, leurs limites et ressources. Ce document permet de s’interroger sur la prise en compte des conflits éthiques et le maintien des valeurs du soin dans le contexte actuel. Il permet également d’aborder les « bonnes conditions du soin » et les managements appropriés. Bien que tourné en service d’oncologie, les propos recueillis concernent les équipe soignantes de toutes spécialités.

23 janvier 2018

Soins « alternatifs » comme enjeux de santé publique

Simeng Wang, CEPED (Centre population et développement), Université Paris Descartes, Institut de recherche pour le développement, sociologue, chargé de recherche CNRS.
À partir du cas de la médecine chinoise et son développement en France, cette communication vise à analyser les enjeux de santé publique que soulèvent des soins dits « alternatifs ».

9 janvier 2018

Parcours de jeunes confrontés à des troubles psychiques : enjeux des diagnostics et des prises en charge

Céline Rothé, sociologue et ingénieure de recherche à l’EHESP et Alice Brochard, doctorante en sociologie à l’EHESP et Région Bretagne – Membres du laboratoire Arènes (UMR6051)
Présentation des premiers résultats d’une recherche commencée en 2015 et financée pour trois ans par l’Institut de Recherche en Santé Publique dans le cadre de l’appel à projet 2013 Handicap psychique et majeurs protégés, qui mobilise une équipe de 6 chercheurs en sociologie et science politique (Arènes/EHESP). Ce travail porte sur les parcours de jeunes, grands adolescents et jeunes adultes, confrontés à des troubles psychiques identifiés à cette période de la vie. Les troubles psychiques apparaissant à ces âges sont décrits comme difficiles à repérer et à diagnostiquer : les manifestations des troubles sont variables, peuvent être invisibles par moment, confondues avec l’expression d’un mal-être adolescent. Elles peuvent être interprétées différemment par les proches du jeune, les professionnels qui le côtoient, le jeune lui-même, etc. De plus, une partie du corps psychiatrique se refuse à communiquer un diagnostic, afin de ne pas les étiqueter comme malade alors même que le processus de maturation du cerveau n’est pas achevé. Ces incertitudes diagnostiques favorisent une grande diversité des accompagnements professionnels et une différenciation des parcours individuels sur lesquels nous reviendrons durant ce séminaire.

12 décembre 2017

Qu’est-ce qu’accompagner ?

François Galichet, Professeur émérite de philosophie – Université de Strasbourg
La notion d’accompagnement est aujourd’hui utilisée abondamment, pour désigner des pratiques très différentes et parfois contradictoires. Quelles différences y a-t-il entre le tutorat, le coaching, le care, le soutien, « l’éducation thérapeutique » et bien d’autres pratiques qu’on rattache habituellement à la notion d’accompagnement ? Comment peut-on différencier les types d’ accompagnement selon leurs buts, leur démarche, leur public, leur contexte social et culturel, les valeurs éthiques et politiques dont ils s’inspirent ? L’ouvrage du Conseil scientifique des Francas « L’accompagnement social et éducatif » tente de répondre à ces questions. Il s’appuie sur l’analyse de nombreuses pratiques d’accompagnement dans les champs de l’éducation, du travail social, de la médecine et du soin. Nous tenterons d’en présenter les lignes de force et les principales conclusions.

5 décembre 2017

Défendre les droits des femmes aveugles au mariage et à la maternité (1930’s-1970’s)

Gildas Bregain, docteur en Histoire, chargé de recherche CNRS, Laboratoire ARENES

Cette communication analysera les luttes pour défendre les droits des femmes aveugles au mariage et à la maternité dans la France métropolitaine, depuis le début du 20e siècle. Au début du siècle, de nombreux acteurs tentent de convaincre les femmes aveugles de rester célibataire et d’éviter tout mariage avec des hommes aveugles. L’objectif est d’éviter la transmission héréditaire de la cécité, et d’empêcher ces femmes d’avoir des enfants qu’elles ne pourraient soit-disant pas assumer. Plusieurs responsables religieux assignent les filles aveugles à la dévotion religieuse, considérant le mariage des aveugles comme un péché. Cette méfiance vis-à-vis de la capacité des femmes aveugles à être mères persiste tout au long du siècle. Les mobilisations des années 1970 ont permis une rupture en défendant les droits fondamentaux de ces femmes, même si ces droits nécessitent encore aujourd’hui d’être promus et mis en œuvre.

28 novembre 2017

Le VIH comme symptôme : construction identitaire et discriminations chez les trans MtF latino-américain.e.s en France

Olga L. Gonzalès, chercheure et docteure en sociologie – URMIS (Unité de recherche migrations et société) – Université Paris Diderot.

21 novembre 2017

« Assurance-maladie complémentaire et transformations du système de santé »

Gaël Coron, Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique, IODE-Institut de l’Ouest : Droit et Europe, UMR CNRS 6262
Marion Del Sol, Université Rennes 1, IODE-Institut de l’Ouest : Droit et Europe, UMR CNRS 6262

7 novembre 2017

L’intérêt des personnes vulnérables : qui est le plus à même d’en juger ?

Karine Lefeuvre, professeure de droit, EHESP et Sylvie Moisdon-Chataigner, maître de conférence (HDR) en droit, Université Rennes 1 et membre du laboratoire IODE (UMR 6262)
Aujourd’hui en France, en raison d’un handicap, de la vieillesse ou de l’exclusion, 800 000 personnes majeures font l’objet de mesures de protection (curatelle, tutelle, mandat de protection…). Près de la moitié de ces mesures sont assumées par les familles, dont le rôle essentiel a été reconnu par la loi. Mais la transformation des structures familiales, comme les situations d’éloignement, complique les mesures de protection d’un parent. Parfois, la légitimité des familles doit même être interrogée. Cet ouvrage permet de découvrir toute la palette des modalités de protection des majeurs. Des professionnels du soin, du droit et de l’aide sociale, ainsi que des proches de majeurs protégés soulignent de façon exemplaire les avancées et les difficultés qu’ils rencontrent au quotidien pour atteindre leur objectif commun : protéger les personnes vulnérables et leurs familles.
Découvrez les ouvrages « Protéger les majeurs vulnérables. Quelle place pour les familles ? » et « Protéger les majeurs vulnérables (vol. 2). L’intérêt de la personne protégée » parus aux Presses de l’EHESP.

17 octobre 2017

La sexualité des jeunes confronté-e-s à la justice pénale. Enquête dans 4 prisons en France métropolitaine.

Yaelle Amsellemen-Mainguy, Benoît Coquart, Arthur Vuattoux, chargés d’études et de recherche à l’INJEP
Réalisée en 2016 et 2017 dans 4 prisons (établissement pénitentiaire pour mineur-e-s et quartiers mineur-e-s de maison d’arrêt), auprès de jeunes et des professionnels de la PJJ, AP et US, cette enquête sociologique qualitative a pour objectif d’appréhender les biographies affective et sexuelle des jeunes à partir d’entretiens menés auprès des mineur-e-s en situation d’incarcération (n=72). Elle avait également pour objectif de recueillir les propos des professionnel-le-s (n=60) travaillant au quotidien auprès des jeunes (éducateurs-trices PJJ, surveillant-e-s AP, enseignant-e-s EN, professionnel-le-s de santé des unités sanitaires) afin de comprendre comment les questions de vie affective et sexuelle des jeunes s’imposent à eux.
Enquête réalisée par l’Injep avec le soutien de la Direction générale de la santé, de la direction de la PJJ et de la direction de l’Administration pénitentiaire.

10 octobre 2017

BPCO (Bronchopneumopathie chronique obstructive) : Enjeux et perspectives d’un modèle de maladie chronique

Par Frédéric LE GUILLOU, Président de l’association BPCO (Bronchopneumopathie chronique obstructive)

3 octobre 2017

Stigmatisation et santé mentale : comment améliorer la situation ?

Par Aude CARIA, Directrice du Psycom Information et santé mentale – Psychologue clinicienne
Les préjugés, amalgames et incompréhensions sur les questions de santé mentale sont nombreux dans notre société. Faire évoluer les idées reçues est devenu un véritable enjeu de santé publique. En effet, cette méconnaissance retarde l’accès vers le soin et l’accompagnement, et a des conséquences importantes sur les personnes vivant avec des troubles psychiques, qui peuvent souffrir de discriminations, voire d’exclusion. Comment faire changer les regards sur la santé mentale ? Comment faire évoluer des stéréotypes ancrés dans l’imaginaire collectif ? Quel rôle pour les professionnels du soin, du social, de l’éducatif, les usagers et leurs proches, mais également les journalistes et les élu.e.s ?

19 septembre 2017

« Les labyrinthes de verre – Les trajectoires éducatives en France dans un contexte européen »

Ouvrage co-dirigé par Patricia Loncle, professeure en sociologie à l’EHESP, et Isabelle Danic, maître de conférence en sociologie à l’Université Rennes 2
Présentation du projet GOETE « Gouvernance des trajectoires éducatives en Europe » à l’occasion de la parution de cet ouvrage.
Dans un contexte d’internationalisation toujours plus grande des politiques éducatives, cet ouvrage analyse la constitution des trajectoires éducatives des élèves français dans un contexte européen. Tour à tour pleinement comparatif ou centré sur le cas français, les angles d’analyse mobilisés (gouvernance, parcours de vie, intersectionnalité) ont pour ambition d’actualiser et de renouveler les connaissances acquises sur la situation française dans un contexte plus global.

Loin de vouloir dénoncer les failles du système français ou de faire un éloge systématique de telle ou telle situation nationale, les auteurs entrent dans le détail des modalités de construction des parcours aux niveaux macro, méso et microsociologique. Berthelot parlait en 1993 des « labyrinthes de verre de l’école » pour désigner les contraintes invisibles. En présentant les politiques éducatives, les pré-structurations politico-institutionnelles, les procédures d’orientation, les dispositifs de participation des usagers dans les établissements scolaires, les pratiques et points de vue des professionnels et ceux des élèves et de leurs parents, l’ouvrage tente d’articuler les différents niveaux de production des trajectoires en France, comparé aux autres pays et de comprendre pourquoi les trajectoires éducatives sont si fortement corrélées avec l’origine sociale dans notre pays.
Ecrit dans une langue claire, l’ouvrage est destiné aux chercheurs, aux étudiants, aux décideurs, aux professionnels, aux parents, et à tout lecteur désireux de mieux comprendre les parcours éducatifs en France dans le contexte européen.

12 septembre 2017

La fin de la géographie ? Distance aux hôpitaux et utilisation d’un programme d’assurance-santé pour les patients pauvres en Inde

Bertrand Lefebvre, maître de conférences en santé publique internationale, EHESP

5 septembre 2017

Production d’ignorance et invisibilisation des victimes en santé publique. L’exemple du Distilbène®

Emmanuelle Fillion, enseignante-chercheuse, EHESP-ARENES-Crape et Didier Torny, directeur de recherche, CNRS-CSI-Centre de sociologie des innovations
Le Distilbène® a été identifié dès le début des années 1990 comme le 1er perturbateur endocrinien, à partir duquel on peut anticiper les effets pathologiques à long terme et transgénérationnels d’un grand nombre de substances chimiques et les menaces pesant sur la capacité reproductive humaine. Pourtant, l’histoire française du Distilbène® est faite d’oublis, de négligences et de refus d’apprentissage qui se répétèrent jusqu’au début des années 2010. Nous analyserons trois mécanismes de production d’ignorance qui firent du Distilbène® un précédent manqué: l’absence d’identification des populations exposées, la faible accumulation et diffusion des connaissances, la singularisation durable du dossier.

4 juillet 2017

Quelle réponse sanitaire au flux de migrants ? Regards croisés et retour d’expériences

Aurélien Cadart et Reynald Deseille, élèves directeur des soins, anciens membres de la Direction des soins, CH de Dunkerque et de Calais

27 juin 2017

Health promotion in France and interventional research

Christine Ferron, Director of the National Federation for Health Education and Promotion (FNES), Associated professor at EHESP , Vice President of the French Public Health Society (SFSP)

20 juin 2017

It starts with me: Cultural Safety and Humility

Sonya Chandler, Assistant professor of global health – University of Victoria (Canada), Visiting professor in the integration modules of the EUROPUBHEALTH programme
Sonya Chandler is Assistant Professor of Global Health at the University of Victoria, Canada, since April 2015. She is at the same time Consultant Quality and Experience at Vancouver Island Health Authority, working to improve staff and patient experience. She holds a Bachelor of Science in Nursing that she received with distinction in 2002 and a Master of Public Health specialized in Sustainable Health Systems from the University of Verona (Italy). Through her work experience, Sonya Chandler has always put energy to improve the quality of life and service. During her time at the Island Sexual Health Society, at the University of Victoria Family Center or as a nurse at the Victoria Youth Clinic for instance, she promoted social responsibility, positive values and sensitivity to diversity, created strong reliable relationships between the different parts (patients, staff members, students etc.). She also played a central coordination role within the strategic expansion of clinical services during the 9 years when she was employed at The Victoria Youth Clinic.

13 juin 2017

Gouverner les illégalismes urbains. Les politiques publiques face aux squats et aux bidonvilles dans les régions de Paris et de Madrid

Thomas Aguillera, maître de conférences à l’IEP de Rennes, UMR Arènes-CRAPE
Cette présentation questionnera la capacité des acteurs publics à gouverner les squats et les bidonvilles qui persistent dans les régions de Paris et de Madrid. Elle montrera que l’ingouvernabilité de ces lieux est construite par les acteurs publics pour justifier le retrait de l’action publique et un mode de gouvernance qui entretient les politiques de l’urgence, policières et humanitaires, et autorise les bricolages partiels et ponctuels. Elle analysera également comment les politiques sélectionnent et contraignent des bénéficiaires qui sont relogés ou dont l’habitat est temporairement légalisé, tout en refoulant des victimes, expulsées de leurs lieux de vie sans proposition de relogement. Elle soulignera ainsi la façon dont les politiques produisent autant d’illégalité et de vulnérabilité qu’elles n’en résorbent.

6 juin 2017

La participation des patients-usagers-citoyens en soins primaires : comment recueillir leurs attentes? Quels intérêts pour les équipes de soins primaires ?

Bertille Leborgne, médecin généraliste, Luc Guichard, médecin généraliste, Eléonore Bourbonnois, médecin généraliste, Emmanuel Allory, maître de conférences associé au département de médecine générale de l’Université de Rennes 1.
Le développement de la démocratie sanitaire et de la territorialisation des soins incitent les équipes de soins primaires à intégrer dans leur fonctionnement les patients usagers citoyens (PUC) de leur territoire. Les modalités de participation sont vastes et le recueil des attentes des PUC est un premier élément intéressant. Dans un second temps, nous envisagerons comment un partenariat entre soignant et patient-usagers-citoyens peut permettre une amélioration du système des soins primaires.

30 mai 2017

Territoires d’action, territoires de coordination et politiques locales de santé : enjeux vus de Paris

Béatrice Georgelin, doctorante en géographie, laboratoire ESO

23 mai 2017

Hôpital numérique et e-santé

Louis Omnes, ancien fondateur et directeur de l’hôpital européen Georges-Pompidou (AP-HP, Paris)

9 mai 2017

Accès aux soins des étrangers en situation irrégulière

Céline Gabarro, Doctorante, Unité de recherche migrations et société (Urmis), Université Paris Diderot

2 mai 2017

Dérives sectaires : la santé en danger ?

Chantal Gatignol, conseillère santé, MIVILUDES (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires)

28 mars 2017

Notre santé, l’Europe et le monde : enjeux et acteurs

Marc Danzon, directeur honoraire de l’OMS Europe et fondateur de YesWeKnow, structure de conseil en santé publique, et Yves Charpak, vice-président de la Société française de santé publique.
Débats et controverses sous forme d’échanges entre Marc Danzon, ex directeur régional de l’OMS pour l’Europe et Yves Charpak, qui était son conseiller principal pour la science et les relations avec l’Union européenne. Ils sont tous deux co-auteurs du livre “Notre santé dans l’arène politique mondiale”, sorti aux Editions Belin en avril 2016.

21 mars 2017

Accès aux soins des populations confrontées à de multiples facteurs de vulnérabilité en Europe et Turquie

Nathalie Simonnot, directrice adjointe du réseau international de Médecins du monde

7 mars 2017

Projection du film documentaire « Ne pas nous déranger, nous sommes en séance », réalisé par Simon P. R. Bewick.

Dans la grande banlieue parisienne 5 enfants en difficulté scolaire sont pris en charge par une enseignante spécialisée. Ils expriment leurs peurs, leurs joies et leurs souffrances à l’école. Elle, elle va leur apprendre à apprendre : « Ne pas nous déranger, nous sommes en séance. »
La projection sera suivie d’un échange avec le réalisateur de 14h à 14h15.

28 février 2017

Handicap et vie en établissement médico-social : quelles spatialités ?

Noémie Rapegno, ingénieur de recherche, Maison des sciences sociales du handicap (MSSH)
Dans le cadre d’une approche géographique, ce séminaire est l’occasion d’analyser les conséquences des disparités territoriales de l’équipement en établissement d’hébergement pour adultes handicapés. En analysant leurs effets sur la vie quotidienne des résidents, l’intervenante s’intéresse aux distributions spatiales des équipements mais aussi aux pratiques des lieux et aux territoires de vie des personnes. L’objectif est de saisir les impacts des disparités territoriales sur les droits fondamentaux des personnes handicapées que sont le droit à choisir son lieu de vie ou le droit à la mobilité.

7 février 2017

S’engager pour se construire : un enjeu contemporain pour les jeunes

Laurence Davoust-Lamour, enseignante associée en développement social local à l’Université de Bretagne sud – Lorient, responsable du réseau Socioscope
En quoi l’accompagnement éducatif des initiatives de jeunes quelles qu’en soient les ambitions et les dimensions leur permet-il de se construire, de « devenir quelqu’un », de se projeter dans un avenir incertain en osant expérimenter, dire, créer, choisir…? Le questionnement présenté articulera les caractéristiques évolutives des jeunes dans leurs espaces de sociabilité et les injonctions sociétales à exister, à être visible, responsable, autonome, selon un principe d’individuation.

31 janvier 2017

Entre exigence d’égalité et exigence de santé au travail : approche juridique de l’emploi des personnes en situation de handicap

Josepha Dirringer, Maître de conférence à Rennes 1, juriste spécialiste du droit du travail, chercheuse associée à l’Institut de l’ouest : Droit et Europe (IODE, UMR 6262).
Cette communication reviendra sur la manière dont le droit social s’est structuré et ce faisant, a forgé une certaine conception du handicap, de l’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap, et du traitement des travailleurs atteints de troubles de santé au cours de leur vie professionnelle. En plus du droit de l’aide sociale, du droit du travail, du droit de la protection sociale, le droit de la non-discrimination ne cesse de s’étendre. Obligation est ainsi faite désormais à tous les employeurs de procéder aux aménagements raisonnables pour garantir l’égalité dans l’emploi des personnes en situation de handicap. Mais ces différentes logiques juridiques sont inégalement connues et il en résulte des tensions, voire des conflits, entre l’exigence de santé-travail et l’exigence d’égalité dans l’emploi qu’éclairera cette communication.

24 janvier 2017

Comment évaluer l’efficacité d’une campagne médiatique ? L’exemple des campagnes Tabac de Santé publique France

Romain Guignard, Chargé de projet et d’expertise scientifique, Santé Publique France et Viet Nguyen-Thanh, chargée de recherche, Santé Publique France

10 janvier 2017

Parcours de jeunes accueillis en Institut thérapeutique éducatif et pédagogique (ITEP), les enjeux du partenariat institutionnel

Melaine Cervera, chercheur contractuel au sein du programme Handicaps et sociétés de l’EHESS et Audrey Parron, maître de conférences UT2J, chercheure associée au programme Handicaps et sociétés de l’EHESS
Présentation des résultats issus d’une recherche action menée en partenariat avec l’association des ITEP et leur réseau. Problématique et choix méthodologiques, présentation des profils des publics accueillis et des enjeux des parcours institutionnels, à savoir les différents partenariats à l’intérieur et à l’extérieur du dispositif ITEP.

13 décembre 2016

L’Europe face à la crise de l’accueil des réfugiés

Catherine Wihtol de Wenden, Directrice de recherche au CNRS – Science Po Paris

22 novembre 2016

La médecine générale, une spécialité d’avenir.

Daniel Coutant, médecin généraliste, a exercé en libéral et en centre de santé. Il accompagne aujourd’hui des projets de maisons de santé. François Tuffreau, statisticien au sein d’un observatoire régional de la santé, a réalisé de très nombreuses enquêtes relatives à l’exercice pluriprofessionnel.
Un essai qui propose un panomara inédit de l’histoire de la médecine générale depuis les 1ères conventions médicales jusqu’aux actuelles maisons de santé. Une fois les constats posés, les auteurs explorent les enjeux et débats animant la profession et mettent en lumière les nouvelles pratiques innovantes, décisives pour cette spécialité d’avenir.
Découvrez l’ouvrage « La médecine générale, une spécialité d’avenir » paru aux Presses de l’EHESP.

15 novembre 2016

Projection/débat autour du Web documentaire « Bac + que dalle », réalisé par l’ Association TANDEM – un parrain pour l’emploi.

Les problématiques auxquelles sont confrontés les jeunes diplômés à la recherche d’un 1er emploi stable sont souvent peu connues du grand public. Le diplôme a du mal à tenir toutes ses promesses et de nombreux jeunes diplômés qui tentent de faire leur place sur le marché de l’emploi, déchantent.
Le nombre de diplômés augmente d’année en année mais ils sont toujours plus touchés par le chômage. Face à ce constat plusieurs situations émergent : accepter un emploi en dessous de son niveau de qualification malgré tous les efforts déployés pour obtenir un diplôme, reprendre des études, s’accrocher à une recherche d’emploi interminable et bien souvent désespérante…Il faut ajouter à cela une précarisation constante des contrats, les CDD de courte durée, les services civiques et contrats aidés devenant la norme.
Loin de l’ambition de réaliser un panorama exhaustif d’une frange de la société, « Bac plus que dalle » dresse le portrait de 5 jeunes diplômés. 5 parmi d’autres, pourtant représentatifs des difficultés et obstacles auxquels sont confrontés quotidiennement plusieurs centaines de milliers de personnes dans notre pays.
À travers ces 5 témoignages sont abordées les questions des inadéquations entre les formations et leurs «promesses» d’insertion vis à vis de la réalité du marché du travail, les «petits boulots», les relations parfois complexes avec les interlocuteurs dédiés mais aussi les répercussions de cette situation sur le quotidien. Découvrez le teaser de « Bac + que dalle »

8 novembre 2016

Famileo : Un nouveau moyen de renforcer le lien familial en EHPAD

Armel de Lesquen et Tanguy de Gélis, cofondateurs de Famileo
Famileo est un nouveau service à destination des structures d’accueil (Ehpad, Foyers logement, …), dont l’objectif est de faciliter la communication entre les résidents et leurs familles. Par l’intermédiaire de l’application mobile Famileo, les différents messages envoyés par chaque famille seront automatiquement mis en page sous la forme d’une Gazette papier personnalisée, imprimée par l’établissement puis transmise au résident concerné. Famileo contribue ainsi au renforcement du lien familial, tout en s’adaptant le mieux possible aux habitudes de communication de chacun. 

18 octobre 2016

Peut-on mesurer les inégalités sociales de prise en charge de l’insuffisance rénale terminale depuis le registre du REIN (Réseau épidémiologique et information en néphrologie) ?

Christian Jacquelinet, Conseiller scientifique, Coordinateur du registre REIN, direction médicale et scientifique de l’agence de la biomédecine et Inserm U1018, Epidémiologie rénale et cardio-vasculaire ; Cécile Vigneau, PU-PH de Néphrologie, Coordinatrice REIN Bretagne, CHU de Rennes ; Sahar Bayat, Directrice adjointe du département EPIBIOSTAT de l’EHESP
Le Réseau épidémiologique et information en néphrologie (REIN) constitue un instrument d’observation partagé par l’ensemble des acteurs, décideurs, chercheurs et patients concernés par les problématiques que soulèvent la prise en charge de l’insuffisance rénale chronique. Les données recueillies permettent de mieux comprendre l’épidémiologie de l’insuffisance rénale traitée par dialyse ou par greffe, de fournir des indicateurs fiables, notamment sur les besoins de santé des populations, pour la santé publique. Elles permettent aussi de fournir aux néphrologues un retour d’information sur leurs pratiques. L’ensemble des travaux réalisés à partir du registre du REIN contribuent ainsi à l’amélioration globale de la prise en charge des patients.
L’objectif de cette présentation est de montrer les usages et les mésusages possibles des données du registre du REIN concernant les inégalités sociales de santé, d’en rappeler les principes de gouvernance, d’indiquer les travaux réalisés et en cours concernant l’accès à la liste d’attente et l’accès à la greffe rénale.

4 octobre 2016

« Crise migratoire » et attitudes humanitaires. Europe 2015 – 2016.

Michaël Neuman, directeur d’études à la Fondation MSF / MSF-Crash, diplômé d’Histoire contemporaine et de relations internationales (Université Paris 1). Il s’est engagé auprès de Médecins sans Frontières en 1999 et a alterné missions sur le terrain (Balkans, Soudan, Caucase, Afrique de l’Ouest) et postes au siège (à New York, à Paris en tant qu’adjoint responsable de programmes). Il a également participé à des projets d’analyses politiques, sur les questions d’immigration, et géopolitiques. Il a été membre des conseils d’administration des sections française et étatsunienne de 2008 à 2010. Il a co-dirigé les ouvrages « Agir à tout prix ? Négociations humanitaires, l’expérience de MSF » (La Découverte, 2011) et « Secourir sans périr. La sécurité humanitaire à l’ère de la gestion des risques » CNRS Editions, 2016).
Depuis le milieu de l’année 2015, l’Europe fait face à une arrivée importante de migrants en provenance de Syrie, d’Afghanistan, du Soudan, d’Irak et d’Erythrée notamment, fuyant la guerre, les persécutions, ou des conditions de vie inacceptables. Ces candidats à une vie meilleure en Europe entreprennent le plus souvent des voyages dangereux, au péril de leur vie et de celles de leur famille. Ces périls sont d’autant plus grands que les Etats européens mettent tout en oeuvre pour rendre le plus difficile possible l’accès à leur territoire. Dans ce contexte, l’action humanitaire, qu’elle soit mise en action par des volontaires, des associations locales ou de grandes organisations internationales sont en 1ère ligne pour porter secours, soigner, nourrir voire héberger cette population. Michaël Neuman rendra compte de ce phénomène et de certaines problématiques qui se posent aux acteurs des secours.

27 septembre 2016

Le mal logement en Bretagne en 2016, on attend quoi !

Stéphane Martin, directeur agence Rennes, Fondation Abbé Pierre

20 septembre 2016

Victimes des pesticides et santé publique

Jean-François Deleume, médecin spécialiste des hôpitaux, membre du comité de pilotage du plan régional Santé/Environnement en Bretagne au titre des associations environnementales
Témoignage d’un ex-salarié de Nutréa-Triskalia (Plouisy 22), membre de l’association Phytovicimes, illustrant localement la prise de conscience de l’impact des pesticides sur la santé publique. De Rachel Carson et Silent Spring en 1962, du scandale chlordécone aux USA en1976 et aux Antilles Françaises en 2003, de Paul François intoxiqué par le pesticide Lasso qui gagne contre Monsanto, à la loi Labbé en 2013, et au classement cancérogène probable (2A) par le CIRC/OMS du glyphosate et de ses formulations commerciales, dont le Round-Up.

13 septembre 2016

La vulnérabilité des jeunes à l’entrée dans l’âge adulte. Typologie des sentiments d’être en difficulté et analyse des trajectoires résidentielles.

Sami Zegnani, maître de conférences à l’Université Rennes 1- UMR CRAPE et Frédérique Quidu, ingénieure de recherche à l’EHESP
Comment les jeunes vivent-ils subjectivement leur parcours d’entrée dans l’âge adulte? Quels rapports à la vulnérabilité expérimentent-ils? La vulnérabilité est ici entendue comme une situation intermédiaire entre intégration sociale et désaffiliation, c’est-à-dire avant tout comme un processus de fragilisation dans un contexte d’effritement du système de protection sociale. Cette analyse repose sur l’exploitation quantitative de l’enquête EVA de l’INSEE qui a permis de réaliser un suivi longitudinal d’une cohorte de jeunes depuis leur entrée en 6e en 1995 jusqu’au milieu des années 2010.

6 septembre 2016

20 ans après les ordonnances fondatrices, que peut encore la certification HAS pour les établissements de santé ?

Olivier Le Rouge, directeur des soins, Direction de la sécurité et de l’organisation des soins, Centre hospitalier Avranches-Granville
En avril 1996, le 1er ministre de l’époque décide de reformer le système de protection sociale par ordonnance. Entre autres reformes d’importance, l’une des 3 textes (n°96-346) crée la certification des établissements de santé.
20 ans et 4 itérations plus tard, l’accréditation devenue entre temps la certification des établissements de santé est inscrite dans le paysage sanitaire. Elle se trouve aujourd’hui face à des enjeux d’importance. Quel est l’impact de ces 20 ans de certification ? Que peut encore apporter la certification HAS aux établissements de santé dans le grand bouleversement à venir des Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) ?

5 juillet 2016

« LASALUS Project: professionalization on result based healthcare management through distance education and simulation training » – Séminaire en anglais

Santiago Spadafora, Director of the Specialization in Health Care Managment at the Graduate School of ISALUD University
Presentation of the construction, objectives and challenges of LASALUS programme, an Erasmus Plus project (capacity building), coordinated by the Argentinian ISALUD University. It includes partners from Argentina, Salvador, Paraguay, Italy, Spain and France (EHESP – Institut du management).

21 juin 2016

« Measured Meals: Quantification and the fabrication of public (un)health » – Séminaire en anglais

Jessica Mudry, Associate Professor, Concordia University
Understanding public health in terms of statistics, study results and categories is commonplace and data becomes fodder for the construction of a person’s, or a nation’s, “health.” In nutrition, this enumerated framework treats eaters like deanimated machines upon whom health is bestowed by the question of « how much” they eat, instead of “how” they eat.  This seminar considers the commonplaces of quantification, how quantitative language figures food, eating, and health, and the limits and dangers of such a language to public health.

14 juin 2016

 Sortir de placement à l’adolescence : l’apport de l’approche quantitative

Isabelle Frechon, chargée de recherche CNRS
Depuis les années 1980 plusieurs études sur le devenir adulte d’anciens placés ont mis en évidence que c’est lors de la période qui succède la sortie du dernier lieu de placement que les jeunes ont le plus de difficultés. Ressentie comme un lâchage institutionnel, la sortie de placement précipite les jeunes souvent âgés entre 17 et 20 ans dans le monde adulte sans qu’ils y soient suffisamment armés. Peu comparables ou cumulatives entre elles ces études ne permettent pas d’être généralisable à l’ensemble des jeunes placés. Le projet d’étude longitudinale sur l’autonomisation après le placement porte sur un échantillon représentatif de plus de 1 500 jeunes âgés de 17 à 20 ans en 1ère vague d’enquête. L’objectif est de mieux comprendre qui sont les jeunes pris en charge, quelles sont leurs conditions de vie dans le lieu de placement, comment sont-ils préparés à la vie adulte et que deviennent-ils une fois sortis de placement. Menée sur 7 départements, cette étude présentée au cours du séminaire se situe dans l’univers des études sur le devenir adulte des enfants placés.

7 juin 2016

La démarche communautaire en milieu carcéral par Médecins du Monde

Irène Aboudaram, Marie Hornsperger, coordinatrices, Médecins du Monde, Nantes et Eric Le Grand, professeur affilié EHESP et membre de la chaire de recherche sur la jeunesse
Depuis janvier 2015, un programme expérimental est mené au centre pénitentiaire de Nantes (Centre de détention homme et Maison d’arrêt des femmes) pour favoriser l’amélioration de la santé des personnes détenues et faciliter l’accès aux soins. Ce programme s’appuie sur les principes de la démarche communautaire.

31 mai 2015

Vers un état social actif à la française : les mutations de l’action publique face à la question sociale

Marc Rouzeau, assistant social de formation et docteur en science politique, est directeur de la recherche et de la prospective d’Askoria. Membre du Centre de recherches sur l’action politique en Europe, il est maître de conférences associé à l’Institut d’études politiques de Rennes, où il est animateur scientifique de la chaire « Territoires et mutations de l’action publique ». Il a mené de nombreuses missions d’études et de recherche, en France et au Québec, tant au sein de l’action sociale que de la politique de la ville ou de la lutte contre le décrochage scolaire.
Face à la persistance de la pauvreté et aux risques de ghettoïsation en France, il est devenu indispensable de s’accorder sur la prise en charge des problèmes sociaux. Une logique de responsabilisation a pris le pas sur la logique d’assistance et l’« État social actif » se propage. Ayant mené de nombreuses missions d’études et de recherche, tant au sein de l’action sociale que de la politique de la ville, Marc Rouzeau livre un regard éclairé sur les mutations de l’action publique, invitant à se saisir des impensés de la réforme territoriale en cours. Découvrez l’ouvrage « Vers un état social actif à la française ? » paru aux Presses de l’EHESP.

24 mai 2016

L’établissement de santé, entre neutralité et liberté religieuse

Philippe Humeau, directeur associé, Inagora et consultant en gestion du fait religieux en contexte professionnel
L’établissement de santé tente de gérer au mieux et de s’adapter à l’émergence récente d’un fait religieux qui pose certaines difficultés aux personnels et aux directions. Connaître les règles qui s’appliquent au personnel d’une part et aux patients d’autre part n’est pas toujours suffisant pour traiter certaines problématiques. Au cours de ce séminaire seront évoquées des pistes possibles pour mieux appréhender et maîtriser l’expression du religieux à l’hôpital.

10 mai 2016

Souffrances psychiques et mobilités. Le cas des jeunes d’origine chinoise résidant en région parisienne.

Simeng Wang, postdoctorante contractuelle à l’Institut francilien recherche innovation société (IFRIS), affectée au Centre population & développement UMR 196 (Paris Descartes – IRD) ; chercheuse associée au Centre Maurice Halbwachs
S’appuyant sur une enquête ethnographique menée entre 2010 et 2014 auprès d’une quarantaine de familles chinoises résidant en région parisienne au sein desquelles les relations parents-enfant s’expriment sous forme de conflits – marquées par les suivis de l’enfant dans les secteurs public et/ou privé de la psychiatrie française –, cette communication se donne pour objectif de mettre en lumière les liens sous-jacents entre les souffrances psychiques exprimées par l’enfant voulant changer de milieu social et ses expériences de mobilités à la fois sociale et géographique. Le terme « psychiatrique » a été utilisé ici au sens large, et désigne toute prise en charge en santé mentale qui relaye diverses approches, qu’elles soient psychiatriques, psychologiques, psychothérapeutiques ou psychanalytiques. Cette recherche concerne ainsi les descendants de migrants chinois en général – pas exclusivement ceux étant diagnostiqués comme ayant des troubles mentaux.

3 mai 2016

Je suis Mademoiselle C., schizophrène

Jacques Serfass, pédopsychiatre, président de l’association « Jardins Montessori Pays basque-Landes ».
Au début des années 1970, la jeune Mademoiselle C., anorexique et mutique, est admise en clinique psychiatrique et bientôt diagnostiquée schizophrène. Elle y rencontre Jacques Serfass, alors jeune interne. Lorsqu’en 2015 elle lui confie les carnets qu’elle a tenus pendant les 40 années de son parcours psychiatrique, un dialogue thérapeutique s’instaure et ils tentent ensemble de remonter le fil de sa souffrance.
Un récit poignant qui retrace l’évolution des pratiques psychiatriques en France. Découvrez l’ouvrage Je suis Mademoiselle C., schizophrène paru aux Presses de l’EHESP.

26 avril 2016

30 idées reçues : pour en finir avec les clichés sur la santé

Fatoumata Ouattara, docteure en anthropologie sociale, École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Marseille.
Préjugés, stéréotypes, clichés, mythes, idées reçues, voici autant de termes apparaissant comme des spectres guettant toute réflexion intellectuelle, même chez les esprits les mieux formés. Des spécialistes internationaux en santé publique, anthropologie, sociologie, histoire ou économie déconstruisent ici un certain nombre d’idées reçues autour de thèmes très variés : sida, santé maternelle, accès aux soins, offre de soins, environnement, nutrition…Découvrez l’ouvrage 30 idées reçues en santé mondiale paru aux Presses de l’EHESP.

5 avril 2016

Participation collective des jeunes placés et sortant de placement en protection de l’enfance en France et au Québec : des effets sur la transition à la vie adulte ?

Isabelle Lacroix, post-doctorante à la Chaire de recherche du Canada sur l’évaluation des actions publiques à l’égard des jeunes et des populations vulnérables (CRÉVAJ), École nationale d’administration publique, Montréal
À partir d’une recherche empirique France-Québec et d’une revue de littérature internationale, cette conférence discutera la question de l’engagement des jeunes en protection de l’enfance dans des dispositifs de participation collective (Conseils de vie sociale, associations d’anciens placés…). Elle s’interrogera sur les contraintes et conditions de l’engagement des jeunes en situation de « vulnérabilités » et sur les ressources que comporte ce type d’engagement dans la transition à l’âge adulte.

29 mars 2016

Soigner l’humain, toutes les clés pour une évolution vertueuse de notre système de santé

Claire Georges-Tarragano, responsable médicale de la permanence d’accès aux soins (PASS) de l’hôpital Saint-Louis et présidente de l’association Collectif PASS ; en collaboration avec Harold Astre, élève directeur d’hôpital à l’EHESP et Frédéric Pierru, docteur en science politique
Le juste soin au juste coût : un objectif irréalisable pour l’offre de soins de demain ? Dans un contexte de crise, des professionnels du soin, économistes de la santé, directeurs d’hôpital et chercheurs en sciences sociales proposent une nouvelle approche systémique fondée sur la valeur de l’humain. En s’appuyant sur l’expérience de terrain des professionnels des permanences d’accès aux soins (PASS), ils démontrent que de petites dépenses peuvent produire de grandes économies et qu’une autre vision de notre système de santé est possible. Découvrez leur ouvrage Soigner (l’)humain. Manifeste pour un juste soin au juste coût paru aux Presses de l’EHESP.

22 mars 2016

Comment évaluer l’efficacité d’une campagne médiatique ? L’exemple de la campagne Tabac 2014 de l’Inpes

Romain Guignard, chargé de recherche Tabac, département Habitudes de vie, Direction des affaires scientifiques, Inpes et Viêt Nguyen-Thanh, responsable du département Habitudes de vie, Direction des affaires scientifiques, Inpes
Les données de la littérature, principalement anglo-saxonnes, montrent que les campagnes médiatiques peuvent favoriser l’arrêt du tabac si elles sont conduites dans le cadre d’une politique globale de lutte antitabac. Les campagnes dites négatives, montrant les conséquences du tabagisme, pourraient être plus efficaces que celles portant sur les moyens d’arrêter de fumer. A l’occasion du lancement du Programme national de réduction du tabagisme 2014-2019, l’Inpes a diffusé la campagne « Les adieux » rappelant les risques liés au tabagisme et incitant les fumeurs à utiliser Tabac Info Service. Cette campagne a fait l’objet d’une évaluation d’efficacité renforcée dont nous proposons de vous présenter les principes méthodologiques.

15 mars 2016

Le travail social auprès des jeunes victimes d’homophobie

Frédéric Gal, directeur général du Refuge et formateur à l’IRTS du Languedoc-Roussillon
Frédéric Gal est également l’auteur de l’ouvrage « Le travail social auprès de victimes d’homophobie »
L’homosexualité correspond à un cheminement long, complexe et souvent douloureux dans l’acceptation de soi, l’acceptation par l’autre, par les membres de la famille, camarades et amis, dans la société ainsi que dans sa relation à l’autre.
Les jeunes homosexuel(le)s et transidentitaires, en plus de leur questionnement sur leur identité, doivent en permanence faire face à toutes sortes d’actes et de comportements homophobes. Ceux-ci peuvent avoir des conséquences désastreuses telles qu’une dégradation de l’estime de soi, un mal-être allant jusqu’à la dépression, des comportements à risques (addictions, prostitution, notamment), voire le suicide.
Ces filles et garçons victimes d’homophobie ont donc besoin d’une prise en charge spécifique et d’un soutien rassurant et déculpabilisant. Les professionnels du secteur social et médico-social n’y sont pas formés et se trouvent souvent démunis face à ce public particulier.
Cette conférence sera articulée autour d’une analyse des problématiques propres à ces jeunes (recherche identitaire, difficultés à assumer son homosexualité, isolement, violence contre soi, etc.) et à l’homophobie (tabou sociétal et religieux, rejet de la part de l’entourage, etc.), puis de la prise en compte des spécificités de leur accompagnement social, médical et psychologique. Pour clôturer cette réflexion, Frédéric Gal proposera des repères méthodologiques pour la prise en charge et la prévention de ces situations.

8 mars 2016

L’Etat social et les jeunes adultes en Europe

Tom Chevalier, ATER à l’Université Paris II – Panthéon-Assas et chercheur associé au CEE, Sciences Po
Comment rendre compte de la diversité des politiques publiques promouvant l’autonomie des jeunes en Europe ? Pour répondre à cette question, cette intervention s’attachera à identifier les logiques qui structurent les politiques en direction des jeunes en Europe, à savoir les aides publiques pour les jeunes (politique familiale, aides aux étudiants, assistance sociale, allocations logement), les politiques d’éducation et les politiques de l’emploi. Il en ressortira 4 régimes de « citoyenneté socioéconomique » des jeunes, à savoir une citoyenneté habilitante, une citoyenneté encadrée, une citoyenneté de seconde classe, une citoyenneté refusée.

9 février 2016

Regards croisés sur les emplois d’avenir

Chafik Hbila, docteur en sociologie, chercheur associé au Centre de recherche et d’analyse des politiques européennes (CRAPE) / EHESP-Rennes 1

2 février 2016

Utiliser la fiche Ageven dans le domaine de la prévention de la consommation de substances psycho active chez les jeunes

Imaine Sahed, doctorante à l’EHESS (CADIS) et au réseau doctoral de l’EHESP
La fiche biographique AGEVEN est généralement utilisée par les démographes comme outil d’enquête. Cependant, son utilisation dans le domaine de la prévention de l’usage de cigarettes, de cannabis et d’alcool chez les jeunes, peut s’avérer intéressante. En effet, cet outil peut être mobilisé pour stimuler une prise de conscience de l’influence sociale des amis dans la consommation de substances.
Cette conférence expose les 1ers résultats d’expérimentations menées auprès de lycéens d’un lycée de la région parisienne et auprès de lycéens et collégiens français scolarisés dans le lycée français à Seoul (Corée du Sud). La conférence est, par ailleurs, l’occasion de soumettre cet outil à la réflexion et à la discussion. Découvrez les 1ers résultats d’expérimentation (pdf, 1 mo)

26 janvier 2016

Faire un pont entre sociologie de la famille et sociologie de l’Etat social. Les défis des études comparées des régimes de Care en Asie – Conférence en anglais.

Ochia Emiko, professor graduate school of letters, Kyoto university, Japan

12 janvier 2016

Jeunesses françaises. Bac + 5 made in banlieue.

Fabien Truong, professeur agrégé, Université Paris 8

Ancien professeur de lycée dans le « 9-3 » devenu sociologue, Fabien Truong a pendant 10 ans – des émeutes de 2005 aux attentats de janvier 2015 – suivi une vingtaine d’anciens élèves, du bac jusqu’à la fin de leurs études. De la fac aux grandes écoles, en passant par les cycles plus courts, ces jeunes incarnent la face cachée d’une passion nationale : sortir de sa condition par l’école. Confrontés au stigmate des origines, à l’impératif de rentabilité assigné aux études longues et à la précarité massive, ils mènent un combat ordinaire pour gagner l’estime de soi et apprendre à naviguer entre les multiples frontières du monde social. Ces trajectoires renseignent sur les conditions de possibilité de l’ascension sociale, la nécessité des ajustements qu’elle implique et les nouvelles contradictions de la « démocratisation scolaire ».

15 décembre 2015

Etre un bon parent, une injonction contemporaine

Claude Martin, directeur de recherche au CNRS, titulaire de la chaire Lien social et santé – Social Care de l’EHESP et directeur du CRAPE.

L’apparition de la thématique de la parentalité et des mesures de « soutien à la parentalité » au cours des 25 dernières années est remarquable. Assiste-t-on à une redéfinition de ce qu’est un « bon parent » ? Ce problème public est-il analogue à ceux identifiés à d’autres périodes de l’histoire ? Claude Martin propose d’étudier la production normative de la fonction parentale sous l’angle de la construction d’un problème public.

1er décembre 2015

Protéger les majeurs vulnérables. Quelle place pour les familles ?

Karine Lefeuvre, professeur, directrice adjointe du département des sciences humaines et sociales de l’EHESP, membre du laboratoire « Institut de l’Ouest : droit et Europe » (IODE, UMR n° 6262), co-responsable scientifique du partenariat et des colloques bisannuels sur la protection des majeurs (EHESP, université Rennes 1, Fédération hospitalière de France [FHF]).
Sylvie Moisdon-Chataigner, maître de conférences des universités, HDR, présidente de l’Association pour la diffusion et la connaissance du droit dans le secteur social, médico-social et éducatif (ADICOD), membre du laboratoire « Institut de l’Ouest : droit et Europe » (IODE, UMR n° 6262), co-responsable scientifique du partenariat et des colloques bisannuels sur la protection des majeurs (EHESP, université Rennes 1, FHF).

La transformation des structures familiales complique aujourd’hui les mesures de protection des majeurs vulnérables (curatelle, tutelle, mandat de protection…), assumées pour près de la moitié par des proches. Des professionnels du soin, du droit ou de l’aide sociale, des proches de majeurs protégés soulignent les avancées et les difficultés qu’ils rencontrent au quotidien pour atteindre leur objectif commun : protéger les personnes vulnérables et les familles.

24 novembre 2015

L’absentéisme : enfin un levier managérial !

Cécile Kanitzer, conseillère paramédicale de la Fédération Hospitalière de France (FHF)
En 2009, une convention de partenariat et de financement a été signée entre l’ARS Pays de Loire, la CNRACL et la FHF pour un projet de recherche-intervention sur l’absentéisme des personnels à l’hôpital. La réalisation de ce projet a été confiée à une équipe de chercheurs de l’ARMINES (Association pour la recherche et le développement des méthodes et processus Industriels) et sous la direction de l’Ecole des Mines de Paris et c’est ainsi que le Projet hospitalier absentéisme recherche efficience et organisation santé au travail (PHARES) est né. L’ambition commune fut clairement de parvenir à comprendre un phénomène complexe, qui touche l’ensemble des établissements de santé et médico-sociaux, pour ensuite pouvoir agir sur l’absentéisme en identifiant des leviers d’actions possibles.
En 2015, la FHF poursuit la réflexion et construit une enquête d’impact. L’ambition est de faire de l’absentéisme un levier positif de nouvelles approches managériales. Ceci s’inscrit dans la pleine ligne des démarches de qualité de vie au travail.

10 novembre 2015

Pour et vers une juste place pour l’entourage familial des personnes âgées

Charlotte Cardin, Mailys D’Escrivain, Cindy Duchamp et  Barthelemy Saccoman, élèves directeurs et attachés d’administration hospitalière de l’EHESP, et Marick Fèvre, ‎Responsable promotion de la santé

Les mutations des structurations familiales, loin d’avoir entraîné un désengagement auprès des personnes âgées, s’accompagnent d’une relation renouvelée de l’entourage avec ses ascendants. Ce n’est qu’à partir d’un rééquilibrage de ces interactions que pourra se dessiner une « juste » place pour l’entourage familial

3 novembre 2015

Captiver et convaincre, comment garder son auditoire concentré et à l’écoute lors d’une intervention orale ?

Claude De Piante, auteur, formateur, conférencier, acteur, metteur en scène…, UR formation
Découvrez le déroulé de la conférence (pdf, 205 ko)

20 octobre 2015

La génétique médicale à l’ère des nouvelles technologies. Comment fait-on en pratique ?

Sylvie Odent, service génétique clinique, centre de référence maladies rares, Hôpital sud, Rennes
La génétique médicale est une discipline « jeune », transversale, clinico-biologique avec plusieurs champs d’activité qui sont développés à Rennes :
1.Une activité plus orientée vers l’enfant et le foetus : la dysmorphologie avec un Centre de référence maladies rares « Anomalies du développement et syndromes malformatifs » regroupant les 6 CHU d’HUGO et coordonné à Rennes (le CLAD-Ouest) ; la médecine fœtale, avec des implications fortes dans le Centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal ; le suivi de pathologies rares (chromosomiques et métaboliques) ; la participation au dépistage néonatal (mucoviscidose et de la phénylcétonurie).
2.Une activité plus orientée vers l’adulte : l’oncogénétique, en pleine expansion avec l’arrivée des thérapies ciblées dans le domaine de la cancérologie ; l
e conseil génétique dans tous les domaines de la médecine, avec une collaboration transversale avec de nombreuses spécialités ; le diagnostic pré-symptomatique (domaines de la neurologie et de l’oncologie surtout).
A l’heure des « big data » et du séquençage haut débit de tout le génome, nous expliquerons pourquoi la place du clinicien reste fondamentale.

13 octobre 2015

Le rôle de la compétitivité des salaires dans les services rendus par le secteur public

Jean-Baptiste Combes, économiste, enseignant-chercheur, département des sciences humaines et sociales (SHS), EHESP

22 septembre 2015

Stratégies et management : briser l’omerta

Jean-Louis Deshaies, consultant formateur
Un enjeu éthique pour les établissements sanitaire, sociaux et médico-sociaux. Invitation à la prise de recul et à la réflexion, ce livre est – selon les termes de Jean-René Loubat – « une « bombe salutaire » pour faire exploser les certitudes qui nous enferment et la gangue d’hypocrisies qui entoure les fonctionnements des établissements de santé ». Il s’inscrit dans une révolution culturelle en cours et propose une alternative aux méthodes managériales d’un autre temps. En abordant un sujet aussi délicat que tabou, il rappelle les obligations des dirigeants et autres cadres sur leurs missions essentielles et invite à ce que le processus l’emporte sur les procédures.

15 septembre 2015

Éducation pour la santé des jeunes : la prévention par les pairs en question

Yaëlle Amsellem-Mainguy, chargée d’études et de recherche à l’INJEP – chercheure associée au Centre de recherche sur les liens sociaux – Eric Le Grand, sociologue, membre de la chaire jeunesse de l’EHESP
A l’occasion de la sortie de l’ouvrage “Éducation pour la santé des jeunes : la prévention par les pairs en question“, les coordinateurs questionnent la prévention santé par les pairs. Dans le domaine de l’éducation pour la santé auprès des jeunes, toutes les réflexions menées, y compris dans les textes très officiels, soulignent l’importance de réfléchir aux méthodes et à leur diversification, en mettant l’accent sur la participation active et interactive des jeunes. Si cette démarche de prévention semble porter ses fruits et recueillir l’adhésion des jeunes eux-mêmes, peut-on néanmoins y recourir dans tous les domaines de la santé ? Quel est alors le rôle des professionnels adultes ? Est-il remis en cause et/ou prend-il un autre sens ? Suffit-il d’être jeune pour savoir s’adresser aux jeunes ?

8 septembre 2015

Boire : une affaire de sexe et d’âge

Thierry Fillaut, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bretagne sud et Marie-Laure Déroff, maître de conférences de sociologie à l’Université de Bretagne occidentale.
A l’occasion de la sortie de leur ouvrage « Boire : une affaire de sexe et d’âge », les auteurs questionnent les rapports au boire en dépassant les seules caractéristiques biologiques et physiologiques qui différencient les hommes et les femmes, les jeunes des adultes, et en traitant plus globalement la question du boire sous l’angle conjoint des questions de genre et de générations. Il constitue un outil de réflexion pour les étudiants et les chercheurs, comme pour ceux qui souhaitent prévenir les dommages sanitaires et sociaux des alcoolisations excessives.

1er septembre 2015

Plan ambition bio 2017 pour la restauration hospitalière – Alimentation-santé, pourquoi manger bio ?

Goulven Oillic, Initiative bio Bretagne
Le programme ambition bio 2017 (pdf, 215 ko)
Téléchargez le programme du séminaire (pdf, 1 mo)

30 juin 2015

« Impact of Supplemental Nutrition Assistance Program (SNAP) Benefits on Outcomes of Care and Health Use for Persons with Diabetes »

Darryl R. Brown, PhD, MPA, Assistant Professor – Director, DrPH Program in Health Policy & Social Justice, Department of Health Management and Policy,  School of Public Health, Drexel University

23 juin 2015

Conférence-débat autour de l’ouvrage : « Les conflits d’intérêts à l’hôpital public : le débat » paru aux Presses de l’EHESP (en présence des auteurs)

Auteurs : Joël Moret-Bailly, professeur de droit privé et sciences criminelles à l’Université de Lyon, membre du Centre de recherche critique sur le droit – Dominique Thouvenin, professeure à l’EHESP, titulaire de la Chaire « Droit de la santé et éthique », membre du Centre de recherche « Droit, sciences et techniques » (CRDST), UMR 8103, Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Une réflexion inédite pour en finir avec les conflits d’intérêts à l’hôpital public. Dans un contexte où la problématique des conflits d’intérêts fait régulièrement la une de l’actualité dans le monde de la santé, juristes et représentants d’intérêts – patients, industrie – apportent leur contribution aux débats tant juridiques que politiques ou organisationnels qui agitent l’hôpital public. Ils se penchent notamment sur les questions de l’exercice libéral à l’hôpital, les rapports avec les acteurs extérieurs pour les soins et produits de santé ou l’organisation des recherches biomédicales.

16 juin 2015

« What makes public health studies ethical? Dissolving the boundary between research and practice »

Don Willison ScD, Associate Professor, Dalla Lana School of Public Health, Institute of Health Policy Management and Evaluation, Joint Centre for Bioethics – Associate Professor, part time, McMaster University, Department of Clinical Epidemiology and Biostatistics

9 juin 2015

Le passage à l’âge adulte après une mesure de protection de l’enfance, l’exemple d’une recherche par les pairs en protection de l’enfance

Pierrine Robin, maître de conférences en sciences de l’éducation, Université Paris Est Créteil
Portée par un collectif de recherche tripartite, et soutenue par l’Observatoire national de l’enfance en danger, les conseils généraux du 92 et du 94, les Apprentis d’Auteuil et SOS villages d’enfants, cette recherche sur la transition à l’âge adulte, après une mesure de protection, présente l’originalité d’associer un groupe de jeunes, sortant de la protection de l’enfance, à toutes les étapes de la recherche.

2 juin 2015

Expérimentation pilote du mieux-être des patients atteints de cancer et traités par chimiothérapie à la Clinique Victor Hugo du Mans

Mélanie Péron, fondatrice de l’Effet Papillon
Evaluation de la qualité de vie et des consommations de santé des patients atteints de cancer et bénéficiant d’un accompagnement complémentaire de soins de supports. Présentation de l’Effet papillon (pdf, 701 ko)

26 mai 2015

Des neurones neufs tous les jours

Olivier Kah, neurobiologiste, directeur de recherche au CNRS, IRSET
Savez-vous que, contrairement à un dogme solidement établi, votre cerveau fabrique de nouveaux neurones tous les jours, y compris jusqu’à un âge avancé ? Etabli vers le milieu des années 90, ce concept de « neurogénèse adulte » a remis en question le dogme solidement établi selon lequel nous ne fabriquions pas de nouveaux neurones à l’âge adulte. Ces avancées ont réellement révolutionné les neurosciences et ouvrent des perspectives thérapeutiques significatives à plus ou moins long terme. Cette conférence fera le point sur l’évolution des connaissances dans ce domaine et sur les moyens que chacun peut mettre en œuvre pour favoriser la naissance de nouveaux neurones.

19 mai 2015

Comprendre les modalités de soutien à la participation des jeunes dans leur diversité

Karinne Guilloux et Stéphanie Guillemard, membres de la Chaire de recherche sur la jeunesse de l’EHESP
Présentation des résultats de la 1ère étape de la recherche collaborative « JEUPART, jeunesse : participation formelle et informelle » conduite par l’équipe de la Chaire de recherche sur la jeunesse en région Bretagne. Ces travaux de recherche ont permis de questionner notamment l’appropriation par les jeunes des dispositifs publics de soutien à la participation.

12 mai 2015

Promouvoir la santé à l’hôpital : une approche globale pour les professionnels, les associations et les usagers ?

Jacques Deschamps, secrétaire général du Comité de Paris de la Ligue contre le cancer, Directeur d’hôpital honoraire et Charlotte Kanski, responsable de la prévention du Comité de Paris de la Ligue contre le cancer
La promotion de la santé, une démarche nouvelle qui ambitionne de faire évoluer la stratégie de l’hôpital pour qu’il prenne en compte les besoins de ses professionnels comme des populations de proximité, qu’il modifie le rôle et la place des patients, qu’il donne une place plus importante aux usagers et qu’il traduise ses engagements dans les ressources affectées à ses différentes missions.

5 mai 2015

Prise en charge sanitaire des personnes détenues, vingt ans après la loi de 1994. Avancées et nouveaux enjeux.

Christine Barbier, coordination santé des personnes détenues, direction générale de la santé, bureau santé des populations

28 avril 2015

Soins palliatifs en Bretagne : une spécificité ?

Elise Tual, chargée de mission, Cellule d’animation régionale des soins palliatifs en Bretagne
Qui sont les acteurs du développement des soins palliatifs en Bretagne ? Comment qualifier la situation actuelle en termes d’offre territoriale de soins pour les personnes en fin de vie ? Quels en sont les enjeux ? Elise Tual proposera des éclairages pour répondre à ces questions et révélera notamment l’originalité de la co-construction de l’action publique en faveur du développement des soins palliatifs en Bretagne.

21 avril 2015

Trilogies à mettre en œuvre pour réussir sa certification V2014 : 3 acteurs clés, 3 méthodes

Anne-Marie Foret, élève directeurs des soins (DS)

14 avril 2015

Les problématiques contemporaines de l’assistance médicale à la procréation (AMP)

Valérie Sebag, maître de conférences, Paris 13
Parmi les différents secteurs régis par la loi du 7 juillet 2011 relative à la bioéthique, l’assistance médicale à la procréation constitue certainement le plus polémique. Les questions relatives à l’anonymat du don de gamètes, à l’ouverture de l’AMP aux couples de même sexe, de même qu’à l’interdiction de la gestation pour autrui, ont entraîné de particulièrement vives discussions lors des débats parlementaires. Sur l’ensemble de ces sujets, le législateur s’est prononcé pour le maintien de l’ensemble des dispositions antérieures. Cependant, l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe par la loi du 17 mars 2013, de même que la jurisprudence récente, sont autant d’éléments nouveaux qui contribuent à relancer le débat. Cette conférence propose une réflexion sur ces problématiques qui, au-delà de la matière juridique, représentent de véritables enjeux de société.

7 avril 2015

Une révolution silencieuse. L’euthanasie : une controverse publique sur une question privée.

Virginie Tournay, chargée de recherche CNRS
La question de l’euthanasie est un paradoxe politique. On observe un contraste entre une opinion nationale qui évolue vers une plus grande tolérance vis-à-vis de la médicalisation de la mort et une intensification institutionnelle et médiatique des controverses sur l’encadrement de la fin de vie. Pour rendre compte du paradoxe, cette intervention développe l’hypothèse que la permissivité morale relevée par les sondages d’opinion n’implique aucunement une diminution des attentes de régulation politique autour des pratiques de fin de vie. Si la tendance à l’individualisation du contrôle sur le corps est un fait indéniable de ces 4 dernières décennies, la certification politique de ces pratiques privées constitue également une forte exigence collective. Comme en témoignent les controverses actuelles sur la prise en charge de patients cérébro-lésés, cette demande de certification politique s’inscrit dans un pluralisme de cultures religieuses et juridico-morales, mais aussi techniques et scientifiques.

31 mars 2015

Le signalement d’enfant en danger comme pratique professionnelle : enjeux et difficultés

Delphine Serre, professeure de sociologie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre du CESSP
Le signalement d’enfant en danger est généralement conçu comme un acte cognitif consistant à évaluer, en fonction de certains critères, le danger encouru par un enfant dans sa famille. La perspective adoptée ici mettra l’accent sur une autre dimension moins souvent étudiée mais qui est apparue comme importante au cours de l’enquête de terrain réalisée dans différents services sociaux. Le signalement, en tant que rapport écrit soumis à la hiérarchie et envoyé à la justice, est aussi une pratique professionnelle dont la réalisation ou non dépend d’enjeux propres (interprétation de la loi et conception de l’intervention judiciaire, rapport à la hiérarchie et aux parents, compétences rédactionnelles, etc.). Il représente pour les professionnels une véritable mise à l’épreuve face à laquelle ils disposent de ressources différenciées.

24 mars 2015

A l’occasion de la sortie du livre : « Le pouvoir à l’épreuve du quotidien », conseils pratiques sur l’exercice du pouvoir. Une analyse du métier de directeur.

Dominique Garnier, formateur dans le cadre de la psychologie, docteur en psychopathologie clinique et psychanalyse, ancien directeur d’établissements sociaux et médico-sociaux
1er d’une série de guides pratiques à l’usage des professionnels, ce manuel livre, au travers d’une 20aine de fiches-conseil, toutes les ficelles de l’exercice du pouvoir. A partir de situations concrètes, l’auteur, ancien directeur d’établissement, met à profit sa longue expérience pour nous proposer des solutions pratiques face aux situations conflictuelles auxquelles peuvent être confrontés les dirigeants et tout professionnel détenteur ou tributaire d’un pouvoir.

17 mars 2015

Zeclownference du Rire Médecin

Caroline Simonds, fondatrice et directrice du Rire Médecin et Michel Busquet, comédien
En France, un enfant sur deux est hospitalisé avant l’âge de 15 ans. pour ces enfants et leurs parents, un séjour à l’hôpital ou même quelques heures aux urgences sont souvent synonymes d’angoisse, de solitude et de détresse. Qu’il s’agisse d’un petit bobo ou de pathologies très lourdes, le Rire Médecin est présent pour tous les enfants malades ou hospitalisés. Les clowns professionnels de l’association restaurent le monde de l’enfance dans un lieu que la joie semble avoir d’abord déserté. Les clowns rétablissent l’harmonie : un enfant rit, transgresse, joue, fait des bêtises, taquine… Sous l’oeil complice de ses parents et de sa famille, un enfant hospitalisé, retrouve, au contact des clowns, son droit d’être un enfant avant d’être un malade (www.leriremedecin.org).

10 mars 2015

Conférence débat autour de l’ouvrage « L’intégration inégale, force, fragilité et rupture des liens sociaux »

Serge Paugam, directeur de recherche CNRS- UMR CMH, directeur d’études à l’EHESS ; François-Xavier Schweyer, professeur, EHESP-CMH – Discutant : Jean-Manuel De Queiroz, professeur émérite, Université Rennes 2
L’objectif de l’intégration inégale est d’interroger le système social dans sa globalité en partant des différents types de liens sociaux (filiation, participation élective, participation organique et citoyenneté) qui attachent les individus entre eux et à la société. Les auteurs montrent ainsi que l’intégration est fondamentalement inégale en raison de la fragilité intrinsèque de ces liens sociaux et de la fragilisation poussée de leur entrecroisement. Il soulignent l’inaccessibilité croissante du modèle d’intégration de référence qui repose, depuis les Trente Glorieuses, sur une condition salariale stabilisée et protectrice, sur le maintien d’une conception traditionnelle du rôle de la famille et sur une intervention régulatrice de l’État.

3 mars 2015

Les acouphènes… si on en parlait !

Ange Bidan, vice président d’honneur de l’association France Acouphènes
Sifflements, bourdonnements dans les oreilles, dans la tête : ce sont peut être des acouphènes. Ce handicap invisible, difficile à dire, à supporter parce qu’il est obsédant. Les conséquences au quotidien et la plainte de la personne qui en souffre. Quelles en sont les causes et quelles sont les thérapies possibles ? Quelle prévention dans certains cas ?

24 février 2015

Le héros c’est toi

Nolwenn Fèbvre, infirmière anesthésiste, CHU de Rennes, Les p’tits doudous
Nous avons eu l’idée de rendre l’enfant acteur de son parcours hospitalier en créant un jeu interactif, disponible sur tablette. Le jeune patient retrouvera ainsi dans le jeu les avatars des personnels soignant qui le prennent en charge, ainsi que son environnement hospitalier. L’enfant, à travers son propre avatar, réalise le parcours de sa chambre au bloc opératoire, jusqu’à la salle de réveil (www.lespetitsdoudous.org).

3 février 2015

Les temps des étudiants rennais (à partir de l’enquête sur les conditions de vie et de santé des étudiants de Rennes)

Patricia Loncle, titulaire de la chaire de recherche sur la jeunesse, EHESP et Béatrice Valdès, enseignante-chercheure, département des sciences humaines et sociales (SHS), EHESP
Présentation d’une enquête quantitative et qualitative sur « les conditions de vie et de santé des étudiants rennais » menée pendant l’année 2014 par Isabelle Danic (Université de Rennes 2), Matthieu Leprince (Université de Rennes 1), Patricia Loncle (EHESP), Emmanuelle Maunaye (Université de Rennes 1) et Béatrice Valdès (EHESP) en partenariat avec la Ville de Rennes et Rennes Métropole. Axe de l’enquête présenté : la question du temps des étudiants. Projection d’un film sur le même sujet réalisé par Denis Larcher (EHESP).

27 janvier 2015

L’affaire Lambert : les limites de la loi Leonetti et la nécessité de la modifier

Dominique Thouvenin, professeure à l’EHESP, titulaire de la Chaire « droit de la santé et éthique »
Article de Dominique Thouvenin sur « La volonté du patient avant tout » paru dans libération en juillet 2014

13 janvier 2015

Présentation de l’ouvrage : « La prise en charge du chômage des jeunes, ethnographie d’un travail palliatif »

Xavier Zunigo, docteur en sociologie, fondateur de l’agence de recherche Aristat
Il présentera les pratiques professionnelles des intervenants dans le secteur de la prise en charge du chômage des jeunes. Il montrera comment, outre l’accès à l’emploi, les pratiques d’accompagnement répondent, en fait, à de multiples autres attentes. Il mettra en évidence la façon dont ces pratiques, en étayant le rapport au travail de ces publics, consolident celles des cadres ordinaires de socialisation (institution scolaire, famille, groupe de pairs, etc.), participant ainsi  à la gestion publique du chômage des jeunes.
Plus d’infos sur l’ouvrage « La prise en charge du chômage des jeunes, ethnographie d’un travail palliatif ».

Publié le 14 février 2014