Paroles d’Alumni

AURÉLIE QUÉAU est actuellement directrice de l’EHPAD « Résidence Bel Air » près de Rennes. Elle a suivi la formation de Directeur d’établissement sanitaire, social et médico-social (D3S promotion 2014-2015) à l’EHESP.

Aurélie Quéau, 2017 – Photo : Résidence Bel Air

Qu’est qui vous a amenée à l’EHESP et pourquoi avoir choisi cette formation ?

J’ai un parcours plutôt atypique puisque j’étais éducatrice au Ministère de la Justice avant de passer le concours D3S. Déjà fonctionnaire, j’ai donc pu profiter du concours interne pour accéder à la formation. Après sept ans passés auprès du public adolescent, j’avais envie d’accéder à un poste avec plus de responsabilité ainsi qu’une dimension stratégique tout en restant dans le secteur social ou médico-social, c’est ce qui m’a conduite à passer le concours. L’EHESP proposait la formation idéale pour cela et dans une continuité de carrière dans la fonction publique.

Quel a été l’impact de votre formation à l’EHESP sur votre parcours professionnel ?

La formation de deux ans à l’EHESP a été très enrichissante et m’a permis d’élargir mon horizon professionnel. Après plusieurs années passées sur le terrain, il n’a pas toujours été évident de se recentrer sur tout le volet théorique de la formation mais de nombreuses interventions me reviennent encore aujourd’hui en tête et font écho à ma pratique professionnelle.

Les moments forts de la formation à l’EHESP sont pour moi les stages qui permettent de se confronter à la réalité du métier de directeur. J’ai eu la chance de trouver, lors de mes trois stages obligatoires, des lieux d’accueil formateurs, différents mais complémentaires.

Pouvez-vous décrire votre activité actuelle et son évolution en quelques mots ?

Je suis actuellement directrice d’un EHPAD situé à 30 minutes de Rennes et ce depuis deux ans. C’est mon premier poste, obtenu à l’issue de la formation et il correspond totalement à mes aspirations à l’heure actuelle, me permettant d’allier vie personnelle et épanouissement professionnel. Le travail au quotidien y est constructif, en lien avec les équipes motivées et ayant à cœur de bien faire leur travail. La richesse principale du métier de D3S, notamment en chefferie d’établissement, c’est le fait d’être au carrefour de tous les domaines. Mes journées ne sont jamais les mêmes. Au quotidien, je peux échanger avec le personnel, les résidents et leurs familles, avec les bénévoles. Je peux gérer des dossiers RH comme des questions d’ordre budgétaire ou le montage de dossier pour des appels à projet tout en étant en lien avec mes collègues sur le secteur et en essayant de participer, dans la mesure du possible, à la dynamique du secteur médico-social sur le territoire.

Quel conseil donneriez-vous à une personne qui souhaite faire carrière dans la santé publique ?

Après deux années seulement passées en tant que directrice d’établissement, je ne suis pas sûre d’être la mieux placée pour donner des conseils concernant une carrière dans la santé publique. Les discours sur le secteur ne sont actuellement pas très optimistes, les réformes sur la tarification dans le secteur médico-social, les GHT sont autant de données qui feront partie du secteur de demain. Pour nous, jeunes directeurs, le cap est sûrement moins difficile à passer car nous n’avons pas connu « l’avant ». Mais à côté de cela, la réalité, ce sont des établissements avec un personnel investi, motivé et soucieux du travail bien fait. Je le rajoute ici car en tant que chef d’établissement, nous ne pouvons rien faire sans nos équipes.

Un bon moment à l’EHESP que vous souhaitez partager ?

La diversité des rencontres est l’un des points forts de cette formation. Et les contacts gardés aujourd’hui avec certains collègues de promotion sont pour moi une belle continuité de ces deux années passées à l’EHESP.

Publié le 10 avril 2018