PAROLES D’ALUMNI

THIERRY BRUGEAT est actuellement coordinnateur général des soins du CHU de Reims. Il a suivi la formation de Directeur des soins (DS promotion 2012) à l’EHESP.

Pourquoi avoir choisi la formation Directeur des soins à l’EHESP ?

Ce fut une évolution « normale » de ma carrière. Après avoir été cadre supérieur de santé au CHU de Bordeaux, j’ai été positionné comme Faisant fonction Directeur des soins. Il devenait donc normal que je passe par la formation Directeur des Soins afin de pérenniser mon nouveau statut et cela me semblait nécessaire comme apprentissage que de suivre cette formation.

Quel impact a eu cette formation à  l’EHESP sur votre parcours professionnel ?

La formation permet de mieux nous préparer à notre exercice futur notamment en observant de nouvelles organisations lors des stages, en appréhendant des expériences innovantes lors des présentations en cours sur les thématiques traitées (GHT, pilotage recherche en soins …). Enfin, la formation permet aussi de se constituer un réseau d’experts dans différentes thématiques que l’on peut solliciter ensuite à la faveur des dossiers que l’on gère. Professionnellement, j’ai donc accédé au statut qui était corrélé à mon poste mais surtout le regard des collègues directeur a changé, j’avais gagné en légitimité et cela je l’ai perçu dès la réussite au concours d’entrée. Personnellement, j’ai poursuivi ma carrière en réalisant une mutation, je n’aurai peut-être pas quitté Bordeaux si je ne m’étais pas inscrit dans cette démarche de Directeur des soins.

Pouvez-vous décrire votre profession en quelques mots et expliquer ce qui vous plait dans l’exercice de votre métier ?

Tout d’abord c’est une fonction stratégique au sein d’un établissement de santé et le fait de pouvoir participer à la définition des orientations stratégiques du CHU est stimulant. Cela tout en gardant en tête que je représente les paramédicaux de l’institution et que je suis garant de la qualité et la sécurité de soins dispensés par les soignants aux usagers. Il est donc éminemment important de se positionner et de faire entendre sa voix au service des prises en soins et de l’efficience de la structure.

Mais c’est aussi une fonction managériale où, avec ma collègue Mme Léonard, nous accompagnons le collectif des cadres supérieurs de santé (22 personnes) et le collectif cadres de santé (115 personnes). Nous devons favoriser le développement de compétences, les projets professionnels tout en laissant une autonomie suffisante pour que les cadres puissent s’épanouir dans le développement et le pilotage des projets. C’est aussi une fonction de conseil ou il est important d’accompagner la directrice générale de la structure à appréhender les environnements et les contours des problématiques à traiter. Enfin, c’est une fonction de lien au sein de l’équipe de direction, des acteurs de la structure, de la direction commune, du GHT afin d’échanger, de partager et d’enrichir nos points de vue.

Quel conseil donneriez-vous à une personne qui souhaite faire sa carrière dans la santé publique ?

La santé publique est un champ d’activité en constante évolution qui s’adapte au public et aux indicateurs de santé des populations d’un territoire donné. Il faut donc être inventif, adaptatif et persévérant afin de proposer des actions pertinentes tout en respectant le champ réglementaire qui évolue lui aussi. C’est donc passionnant que de s’engager dans cette voie afin d’accompagner notre système de santé au service des populations.

Un bon moment de votre scolarité que vous souhaiteriez partager ?

Pour moi la scolarité est surtout marquée par de belles rencontres avec les collègues de promotion. Aujourd’hui certains sont devenus des amis et nous nous revoyons chaque année pour un week-end de promotion EHESP dans une région de France différente.

Publié le 21 janvier 2019