Paroles d’Alumni

SARAH BROUSSE est actuellement Chargée de projet Renforcement des Systèmes de Santé au sein de l’ONG Action Contre la Faim. Elle a suivi le Master of Public Health (MPH promotion 2015-2016) à l’EHESP.

Sarah Brousse - Photo : Etienne Bekolo Ekanga

Sarah Brousse – Photo : Etienne Bekolo Ekanga

Qu’est qui vous a amenée à l’EHESP et pourquoi avoir le Master of Public Health ?

La formation Master of Public Health (MPH) correspondait très bien à mon souhait de me reconvertir professionnellement vers la Santé Publique pour ensuite travailler dans l’humanitaire ou le développement. Comme l’EHESP est une référence en France pour la santé publique, je me suis tout de suite renseignée sur les formations disponibles au sein de l’école et le MPH, par sa dimension internationale au niveau des étudiants, des intervenants et des sujets d’étude proposés allait me permettre d’acquérir à la fois un bon bagage théorique dans le domaine de la santé publique et une approche internationale.

Quel a été l’impact de votre formation à l’EHESP sur votre parcours personnel et professionnel ?

J’ai rejoint le MPH à l’EHESP dans le but de me reconvertir, cette formation m’a donc permis de démarrer une nouvelle carrière professionnelle dans l’humanitaire et la santé. J’ai eu la chance d’avoir des cours diversifiés et approfondis sur de nombreuses problématiques liées à la santé publique, me permettant ainsi de me lancer dans ce nouveau domaine professionnel.

D’un point de vue personnel, j’ai trouvé cette formation très enrichissante du fait de la multi-culturalité des étudiants, ainsi que de la diversité de leur parcours professionnel. C’est une réelle valeur ajoutée, qui apporte une multitude de visions différentes et complémentaires. Travailler dans des groupes d’étudiants multiculturels est d’ailleurs une bonne préparation pour une carrière en santé publique à l’internationale.

Pouvez-vous décrire votre profession actuelle et nous expliquer ce qui vous plait dans l’exercice de votre métier ?

Aujourd’hui je travaille au sein de l’ONG Action contre la Faim (ACF) comme Chargée de projet Renforcement des Systèmes de Santé. Je suis responsable du développement de l’approche de renforcement des systèmes de santé d’ACF et accompagne les missions sur le terrain pour la mise en œuvre de ces programmes. Je partage mon temps entre le siège à Paris pour faire du travail de fond et le terrain pour appuyer les équipes ou réaliser des évaluations de programmes.

Ce poste est très enrichissant et apporte beaucoup de diversité grâce à la variété des contextes et pays d’intervention qui ont chacun leurs spécificités. Il y a aussi une dimension humaine très précieuse car je travaille directement avec les acteurs locaux et les équipes sur place. De plus, les problématiques abordées sont vraiment au cœur de la santé publique donc l’expertise et les méthodes acquises lors du MPH me sont très utiles.

Quel conseil donneriez-vous à une personne qui souhaite faire sa carrière dans la santé publique ?

Je pense qu’il faut faire preuve d’une grande ouverture d’esprit et avoir une bonne capacité d’adaptation afin d’être capable de bousculer ses codes et de parvenir à bien analyser et comprendre les situations. La santé publique réunie tellement de secteurs (médical, politique, social, culturel, etc.) autour d’un même problème, qu’il faut constamment avoir une vision globale des problématiques et contextes sur lesquels on travaille. C’est aussi ce qui fait la richesse et la diversité de ce domaine. Pour résumer, je dirais : restez curieux !

Un bon moment de votre scolarité à partager ?

La richesse des rencontres avec les autres étudiants, chacun venant avec son histoire, ses questions et ses approches toutes différentes les unes des autres. Une bonne entrée en matière pour se lancer dans la santé publique !

Publié le 7 décembre 2018