Paroles d’Alumni

MURIEL DAHAN est actuellement Directrice des recommandations et du médicament à l’Institut national du cancer. Elle a suivi la formation Pharmacien Inspecteur de la Santé Publique (PHISP – promotion 1999-2000) à l’EHESP.

 

Pourquoi avoir choisi la formation PHISP ?

Après 10 ans d’exercice en tant que titulaire d’officine, j’ai voulu orienter ma carrière vers la santé publique. Après avoir passé le concours, j’ai donc effectué l’année de formation PHISP à l’École nationale de santé publique (ENSP), devenue depuis EHESP.

Quel impact a eu cette formation à l’EHESP dans votre parcours professionnel ?

Pour moi qui venais du privé et n’avais pas reçu de formation sur le fonctionnement des institutions, j’ai découvert un monde que je ne soupçonnais pas derrière mon comptoir officinal. L’excellente formation m’a permis de comprendre les organisations, de mieux maîtriser les enjeux de santé publique et les leviers d’action. Il s’agissait de comprendre le passage d’un service individuel rendu au jour le jour aux patients et à leurs proches, à une perspective plus globale où les décisions nécessitent un travail beaucoup plus long à conduire mais dont l’impact est national.

Pouvez-vous décrire votre parcours professionnel et ce qui vous plaît dans votre activité actuelle ?

Après avoir exercé des responsabilités dans différents postes, j’ai été conseillère en cabinet ministériel, puis j’ai rejoint l’Inspection générale des affaires sociales : j’ai alors changé de statut, passant de Pharmacien général de santé publique à Inspectrice IGAS, et à ce titre, j’ai réalisé de nombreuses missions dont la conception et le pilotage du plan national de promotion des médicaments génériques. À présent, je suis la Directrice des Recommandations et du Médicament de l’Institut National du Cancer. La plus grande motivation que je trouve dans mon travail, c’est la possibilité concrète d’améliorer le quotidien des malades à travers la résolution de problématiques majeures, possibilité seulement offerte en mobilisant des connaissances juridiques, administratives et politiques.

Quel conseil donneriez-vous à une personne qui souhaite faire sa carrière dans la santé publique ?

Commencer par exercer leur métier sur le terrain pendant plusieurs années pour comprendre les problèmes rencontrés concrètement par les patients, leurs proches et les professionnels de santé. Les institutions ont besoin de cette vision pragmatique qu’il faut veiller à conserver car on perd très vite de vue les problèmes rencontrés en pratique quotidienne quand on est dans un ministère ou une agence.

Un bon moment de votre scolarité que vous souhaiteriez partager ?

La découverte d’univers nouveaux pour moi lors des différents stages réalisés (hôpital, biologie, DRASS de l’époque, etc.) et en particulier à Londres à l’Agence Européenne des Médicaments (EMA). En espérant que ce sera tout aussi passionnant pour les prochaines promotions à Amsterdam !

Publié le 20 novembre 2018