Paroles d’Alumni

CÉCILE COURREGES est actuellement directrice générale de l’offre de soins et ancienne élève de la formation Inspecteur de l’Action Sanitaire et Sociale (IASS) à l’EHESP.

Portrait de Cécile Courrèges, directrice générale de l'offre de soins - 2018

Cécile Courrèges, 2018

Pourquoi avoir choisi un parcours à l’EHESP ?

Entrer à l’EHESP c’était avant toute chose faire le choix du service public et plus particulièrement du service public hospitalier. Ce sont les valeurs du service public qui ont toujours guidé mes choix de parcours. Par ailleurs, la carrière de directeur d’hôpital m’a permis à la fois d’embrasser un métier d’une grande utilité sociale et d’accéder rapidement à des  responsabilités.

Quel a été l’impact de votre formation à l’EHESP sur votre parcours professionnel ?

J’y ai d’abord rencontré des personnes de valeur et j’ai énormément appris sur le plan humain et relationnel, tant pendant les moments de formation à l’école que lors de mon stage hospitalier. Ce stage m’a également permis de découvrir l’hôpital de l’intérieur et de comprendre le rôle de tous les acteurs hospitaliers. Enfin, les cours à l’EHESP m’ont apporté des connaissances techniques très concrètes, notamment sur les aspects comptables et financiers ou en matière de gestion des ressources humaines. D’une manière générale, mon passage à l’EHESP et à l’hôpital ont fortement marqué mon parcours professionnel car tous les postes que j’ai occupé par la suite, jusqu’à aujourd’hui à la DGOS, l’ont été dans le secteur de la santé et du social.

Pouvez-vous décrire votre profession actuelle et nous expliquer ce qui vous plait dans l’exercice de votre activité ?

Je suis actuellement à la tête de la direction générale de l’offre de soins, direction qui a la responsabilité de trois grands champs de missions autour de la régulation organisationnelle et financière du système de soins, du pilotage de la performance du système et de la gestion des ressources humaines en santé. Diriger ce collectif de travail me permet d’agir concrètement et de participer à l’élaboration du système de santé de demain. Ces dimensions de mes fonctions sont d’autant plus intéressantes qu’elles s’exercent dans une dimension multi partenariale et à une période où doit s’engager la stratégie de transformation du système de santé.

Quel conseil donneriez-vous à une personne qui souhaite faire sa carrière dans la santé publique ?

Le plus important il me semble est de ne pas perdre de vue les valeurs qui nous poussent à nous engager dans le secteur de la santé ou du social. Travailler dans le secteur de la santé publique est porteur de sens et il est fondamental de ne pas reléguer ce sens derrière une conception trop technique de nos métiers. Tout au long de notre formation et de notre carrière nous devrons nous demander quelles sont les attentes des usagers et les besoins de la population.

Un bon moment de votre scolarité à partager ?

À mon arrivée, j’ai été très frappée par le grand décalage entre l’aspect monacal de la chambre dans laquelle je dormais et la grande convivialité qui régnait dans l’école et dans ma promotion. Depuis, je sais que le bâtiment dans lequel je logeais a été détruit mais que l’esprit de camaraderie et cette bonne ambiance perdurent à l’EHESP.

Publié le 7 décembre 2018